• Nous avons passé le week end à Amsterdam, en famille.

    C'était bien, vraiment bien.

    Alors je pourrais te raconter à quel point il a fait beau, un vrai week end de printemps.

    Je pourrais te parler des canaux, du charme de chaque ruelle de cette ville, des vélos, des petits bateaux, de l'hôtel sublime et de la plage, plus au nord, où nous sommes allés prendre une bouffée d'iode qui fait du bien au coeur!

    Mais j'ai décidé de te raconter ça avec des mots d'enfants.

    Notre cadet nous a régalés par sa spontanéité et son émerveillement.. Ouais je sais ça fait gnangnan de dire ça mais ça m'arrive des fois, promis je me ressaisis rapidos (attention, rapidos est un mot qui n'est plus utilisé depuis 1987, il est dangereux pour la santé)

    Bref, à cet âge tout ce qu'on ressent est verbalisé pour notre plus grand bonheur, (OU PAS. parfois j'aimerais tellement qu'il se taise bon sang comment fait il pour parler autant???).. voilà donc Amsterdam vu par A., 4 ans dans quelques jours (note à moi même, penser à arrêter le temps):

     

    En découvrant l'hôtel:

    "Wahhhhhhh Maman elle est belle cette maison là! L'autre elle était trop moche!"

    Tu m'étonnes. Je ne te raconte pas sa tête, hier soir, au retour.. Ni les cris de désespoir, non vraiment je préfère t'épargner ça.

     

     

    En découvrant des petits chocolats sur son oreiller:

    "WoWoWOOOOOOOOWWWWWWWWW Mais c'est le pa-ra-diiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis"

    Il en faut peu pour être heureux :D

     

    En voyant la plage:

    "Ouaaaaaaaaaaaaaais on se déshabille! tous à la meeeeeeeeeeeeer!"

    à 4 ans on s'en cogne de l’hypothermie

     

    Pendant notre ballade en bateau:

    "Pourquoi le monsieur il parle, moi ze préfère la musique! MONSIEUR TU PEUX METTRE LA MUSIQUE ISTOPLééé??"

    C'est vrai bordel, ça manque de son ici! DJ commandant fais péter du bon RAP!!! ou du Patrick Sébastien il kiffe pareil.

     

    Au burger king:

    "Moi ze voudrais une pizza!"

    Je suis ritale et je le reste...

    (je pense qu'à ce jour il reste le seul être humain à avoir bouffé une pizza dans un burger king, nous sommes passés à 2 doigts du bannissement à vie du fast food. Mon mari a du pleurer et les payer grassement)

     

    Après avoir vu un spectacle de danse de rue, et après avoir donné de l'argent aux danseurs:

    "Moi aussi maintenant je dônse regarde (s’exécute ma foi fort bien, ils auraient pu le prendre dans la troupe)... Tu m'donne des sous??"

    Mon fils est cupide, et ne perd visiblement jamais le nord.

     

    Au marché aux fleurs:

    "C'est comme un grand jardin, mais sans l'herbe, pourquoi y a pas l'herbe là hein? ils ont pris la tondeuse??"

    Pas faux. Y a pas d'herbe. Enfin y'a pas d'herbe.. on se comprend.. Il n'a pas visité les Coffee Shops..

     

     

    Au resto où on bouffe des fruits de mer à se damner:

    "Moi ze veux les pâtes!"

    Je suis ritale et je le reste, bis. Fort heureusement il n'a pas demandé du couscous, plus dur à trouver.

     

     

    Je crois qu'il a été, pour son grand frère et nous, l'attraction principale de ces 2 jours.. ça me fait sourire de savoir, qu'au bout de 5h de route, notre meilleur moment, c'est lui. 

     


    8 commentaires
  • Comme je le précisai samedi sur ma page Facebook, il m'arrive, parfois, à cause de ce blog, de devoir donner de ma personne, de devoir me sacrifier, tester des choses telle une journaliste d'action pour te les faire connaître à toi, qui me suis.

    À chaque fois je me sens investie de cette mission d'information, et n'écoutant que mon courage, je fonce, tête baissée sans penser aux difficultés et aux épreuves que j'aurai à traverser.


    Cette fois ci, c'est Thalasseo qui m'a envoyé en reportage en Alsace, destination l'hôtel Spa la clairière.


    En me documentant sur l'endroit, j'ai, pour la première fois, eu très peur..
    En effet il me paraissait assez inhospitalier.. En plein milieu d'une forêt renfermant certainement des ours, des pandas méchants, des licornes en rute, ou que sais je encore!


    Lorsque mon mari a pris connaissance de ma mission il s'est écrié: "mon amour, je ne te laisserai pas seule, je suis ton homme, je lutterai à tes côtés, nous allons mettre les enfants à l'abri chez leur mamie, et partir tous les 2. Je veux te seconder".


    C'est dans des moments comme celui ci que je comprends pourquoi je l'ai épousé, autant de dévouement, d'abnégation pour son épouse, on en fait plus des comme ça de nos jours.


    Samedi fin de mâtiné, une fois les enfants largués et danse de la joie effectuée déposés et embrassés avec amour en leur disant à quel point ils allaient nous manquer, nous voilà partis direction une contrée lointaine: l'Alsace donc.


    Je comprend qu'on est sur le bon chemin lorsque mon iPhone me fait un fuck dès lors je tente une connexion internet et que le premier Mac do est, d'après les panneaux, à 25km de distance. 
    Plus de doute, nous sommes en pleine jungle.


    Arrivés à l'hôtel je remarque de suite que nos hôtes sont hostiles: ils grimacent (des sourires), nous parlent dans une langue incompréhensible (avec l'accent alsacien quoi) et sont bien trop bienveillants pour être honnêtes. Nous restons sur nos gardes.


    On nous dépouille de nos vêtements et nous oblige à enfiler des uniformes (peignoirs et chaussons moelleux) le piège se referme. L'angoisse monte.


    Et la c'est le drame, on nous sépare pour nous affaiblir, chacun dans une pièce où, pendant une demi heure on nous inflige une torture... Mon dieu... rien que de me rappeler c'est moments mes entrailles se crispent... Des coups bien portés au niveau du dos et de la nuque.. (Massage détente au sirop d'agave) Avec les mains, les coudes, parfois les poings.. Alors que j'étais bloquée, la tête dans un trou, dans l'impossibilité totale de me débattre.


    Lorsque je comprend que la torture est terminée je reste là, quelques instants sans pouvoir bouger... Puis je me ressaisis et cours rejoindre mon amoureux, lui aussi dans le même état, comme si on lui avait lavé le cerveau, il gisait là, sur un lit (salle de repos avec plaids tout doux et lecture), je l'ai cru mort (mais en fait il roupillait sévère) et j'ai compris qu'on l'avait forcé à boire une potion (thé vert purifiant) qui avait fini de l'anéantir. 

     

     


    Je l'ai sorti de là tant bien que mal et alors que la mission devenait vraiment difficile, voilà qu'on nous enferme dans une autre salle de torture: je ne vous épargne rien, ce ne fut pas facile mais si je suis là à vous raconter tout ça, c'est que je m'en suis sortie.


    On m'a fait cuire dans une marmite géante, on m'a jeté à l'eau (à 35°) dehors, en plein hiver, on a voulu me brûler vive dans une pièce à 65° (putain de sauna haut de gamme), on a enduit mon corps de glaçons pour ensuite me jeter sous l'eau bouillante, sans parler de la piscine intérieure où j'ai du regarder mon mec faire des longueurs assise sur un transat.
    Ça a été comme ça pendant des heures... 


    Lorsque enfin on nous laisse regagner notre cellule (chambre coquette et douillette) je me rend compte que le lit est bien trop petit, je m'imagine devoir dormir collée serrée à l'homme que j'aime toute la nuit, un frisson d'angoisse me parcourt alors l'échine. 

     

    (on lit bien la détresse sur mon visage là, non? Bah mets des lunettes!)


    Avant de dormir on nous sert un dîner dans une pièce plongée dans la pénombre (éclairé à la bougie quoi) des choses saines, bio, et une nouvelle potion afin de certainement nous droguer (vin blanc à se damner) heureusement nous avions réussi à emporter de quoi nous nourrir vraiment: des chipster et du coca (qu'on a pas touché du coup). 


    Avant de regagner notre cellule on nous laisse un peu de liberté, nous avons joué au billard dans la pièce lounge plongée dans un silence angoissant. Parents de 2 enfants, le silence est toujours synonyme d'angoisse, nos bourreaux le savaient bien.

    (notez la maîtrise du geste, j'étais bourrée)


    Après une nuit... Agitée.. dont je tairais les détails, je ne voudrais pas choquer, voilà qu'on nous ressert tout un tas de choses que mon corps a eu du mal à supporter, je crois que c'est la première fois de ma vie où j'avais le quota 5 fruits et légumes, autant vous dire que mon estomac n'a pas apprécié: je n'étais pas ballonnée, pas de crampes, pas de sentiment de lourdeur.. J'étais totalement perdue.

    Manger sain, cette sensation méconnue.


    Nous revoilà partis pour la pièce de torture qu'ils nomment SPA pour faire diversion, avec notre uniforme, re four, re marmite, re cocotte minute (hammam)...

     

    (ouais j'ai les yeux fermés, mon mec est à la photo ce que Nabila est à l'élégance)


    En fin de matinée, à bout de forces, nous nous sommes échappés, non sans avoir du subir à nouveau les assauts de nos bourreaux: grimaces (sourires) malédictions jetés à notre encontre dans une langue insoupçonnée (on nous a salué avec l'accent alsacien en nous souhaitant un bon retour).
    Une fois dans la voiture nous avons beaucoup pleuré de devoir aller récupérer nos enfants mais je crois que cette épreuve nous a soudés, unis à jamais, cela a renforcé notre amour, nous en sortons grandis.

    Je remarque, sur le retour, que le paysage en disait long pourtant, sur l'endroit, ça aurait du me mettre la puce à l'oreille.

     

    (digne d'un film d'horreur)

     

    Que te dire de plus.. Si comme moi tu n'aimes absolument pas le luxe, le calme, le bien être et la volupté, ne te rends pas dans cet endroit, car, vraiment, tout y est, tu vas souffrir.

    Si ma foi tu adores les sensations extrêmes, comme, par exemple, avoir tous les muscles de ton corps totalement détendus, te sentir reposé et requinqué, alors ma foi, va voir ce que te propose Thalasseo (à qui je signifie, au passage, que je suis tout de même prête à tester une nouvelle expérience, don de moi, toussa) qui sévit partout en France et même en Europe... Un scandale!

     

    Merci à tous pour vos messages de soutien, ça nous a beaucoup touchés mon homme et moi! Je n'oublierai pas tout cet amour qui nous a aidé moralement à tenir bon!!

    (en revanche je retiens bien les "connasse", "morue", "enflure", "haaaaaaaaaaaan je te déteste", et aussi tous ceux qui nous ont souhaité de, je cite, "mettre en route le 3ème pendant le séjour", bande d'horribles personnes!! :D )


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique