• Il a neigé sur ma ville.

    Il a neigé sur ma ville.
    Le sable est devenu tout blanc.
    Je découvre, les larmes aux yeux, les photos de mes amis italiens, eux aussi incrédules face à ce spectacle rarissime. Ils postent frénétiquement sur les réseaux sociaux ces clichés irréels.

    Il a neigé sur ma ville, sur ma mer, sur les bateaux et sur les gens.

    Pendant les 12 premières années de ma vie, je n'ai jamais vu un seul petit flocon, oh je scrutais le ciel pourtant, il faisait froid pourtant, mais rien, pas de neige dans mes souvenirs de petite fille, jamais.

    D'ailleurs je me demandais si ça existait vraiment ou si c'était encore un mensonge de grands.

    Puis je suis venue vivre ici, je l'ai découverte, froide, belle, douce... puis sale, moche, chiante, dangereuse.

    Et là, à 34 ans, alors que j'y goûte sans exception depuis 22 hivers, je la redécouvre, comme une enfant. De loin.

    J'ai pourtant l'impression d'être avec eux, là, à Salerno au bord de l'eau.
    Je sens les odeurs, celui l'iode et des flocons frais qui se mélangent, je les sens jusque dans mes poumons.
    Je m'émerveille avec eux, je leur envie cette neige là, parce que la mienne n'a pas le même goût, pas la même âme, elle contient moins de magie.
    Parce qu'elle ne tombe pas sur mon enfance et qu'elle n'a pas le parfum d'insouciance.

    Alors rien, il a neigé sur ma ville et je ne suis pas là pour le voir.


    Ma nonna m'aurait dit de garder mon pyjama en flanelle sous mon pantalon pour avoir bien chaud, elle m'aurait préparé du lait bouillant, avec du sucre e due goccie di caffè, pour l'odeur et le réconfort, elle m'aurait emmitouflé sous son grand châle et elle, elle aurait gardé son éternelle jupe, malgré le froid, puis elle aurait ordonné à mon nonno de nous emmener en bord de mer, et tous les 3, dans la panda bleue, on serait allés prendre una zeppola e un caffè a lungo mare.
    J'aurais eu le bout du nez et des doigts tous froids, elle les aurait frottés entre ses mains pour les réchauffer, on serait restées là à regarder ce paysage tout blanc, et peut être, j'aurais pleuré de bonheur.

     

     

    photo de mon amie Lella

     

    « En vrac #8 - la récap de décembre et de 2016.Torta alle noci di zia : recette. »
    Pin It

  • Commentaires

    1
    Vaness
    Samedi 7 Janvier à 19:27
    Quel joli texte ... Je l'ai lu les larmes aux yeux ! Serena celle qui peut me faire rire comme pleurer en quelques lignes ! Merci pour ça !
    2
    Perrine Dufour
    Samedi 7 Janvier à 23:56

    On a tellement l'habitude de voir l'Italie sous le soleil que les photos ds plages sous la neige nous émerveillent ! Notre famille est dans les Abruzzes, et les photos donnent envie !

    Mon mari est lui, resté ébahi, devant une photo de Vulcano sous la neige....

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :