• La vraie vie

    Ciao ! si tu es sur mobile, je t'invite à aller tout en bas de cette page (scroll scroll scroll, voilà) et à cliquer touuuut en bas sur "version standard" tu verras, c'est plus joli !

    Bienvenu et bonne lecture !

  • Tiens, un mercredi férié à l'allure d'un dimanche de novembre.

    Dehors tout est gris et triste, rien ne laisserait penser qu'on est au printemps. 

    Rien sauf les pages du cahier de texte de mon fils, cornées, usées, qui annoncent une fin d'année quasi imminente. 

    Rien sauf les poils du chat, qui sont partout sauf sur son dos. 

    Rien, sauf les allergies, les premières fraises, et l'odeur de barbecue qui fait de la résistance. 

    Rien sauf peut être, les cerisiers en fleurs. 

    Les beaux jours ont vraiment du mal à se faire une place cette année, lorsqu'ils y arrivent, ils sont maladroits : beaucoup trop chauds, beaucoup trop inattendus. Too much. 

    Comme si ils voulaient tout donner d'un coup, de peur de ne jamais revenir.

    Comme si ils voulaient épater la galerie, jouer les caïds, et nous punir d'un coup de soleil sur le nez avant de nous obliger à nouveau l'enfouir sous une écharpe.

    Nous on attend dans cet entre deux qui traîne.

    En robe et doudoune.

    Entre un verre en terrasse et un film sous un plaid. 

    "Il n'y a plus de saisons ma petite dame", et mon humeur joue aux montagnes russes. 

     

    8 mai

     

    Instagram : @seebyserena

     

     


    5 commentaires
  • C’était les premiers mots que prononçait ma nonna lorsqu’elle entendait ma voix au téléphone, 

    C’est un copain d’école qui m’interpelle au bar, qui me demande pour combien de temps je reste et qui m’ordonne de m’assoir pour qu’il puisse me payer un café, 

    C’est ce que me dit mon père, fier, à chaque fois qu’il me voit, 

    C’est le bonjour de la petite vieille devant l’église, du fleuriste du village, du voisin, de mon amie d'enfance,

    C’est aussi ce que je dis moi, à l’Italie, à chaque fois que je la quitte. 

    « Ciao bella » c’est une expression douce et joyeuse, pleine de tendresse, ce sont deux mots comme deux bonbons. 

    Ils contiennent de l’amour, de l’amitié, des sourires et un peu de mélancolie, parfois, 

    Moi j’espère que vous retrouverez toutes ces émotions, au fil des pages que j’ai écrites.

    J’ai fait de mon mieux pour les semer dans « Ciao bella », mon premier roman qui sortira dans tout pile trois mois. 

     

     

    Ciao Bella

     

     

     

    Ce n'était pas le titre de départ, j'en avais un autre qui me convenait, mais j'étais toujours dans l'attente d'un "miracle".

    D'une vision. D'une illumination.

    Plus le temps passait, plus je pensais que j'allais devoir faire le deuil du titre parfait, et en même temps, pour ce premier roman, dans lequel j'ai mis tout mon coeur, il était difficile de me contenter de quelque chose de juste correct. 

    Je voulais un coup de foudre, je voulais qu'il représente quelque chose, qu'il me parle, qu'il me fasse dire, non crier :

    "MAIS OUI, C'EST ÇA, C'EST ÉVIDENT."

    Et lorsqu'un jour, dans mon bain, il a toqué à mon esprit, il m'a paru tellement évident justement, que ça m'a fait peur. 

    C'est en parlant avec Virginie que j'ai osé le murmurer, puis le prononcer franchement et là, en même temps qu'elle s'emballait en me criant : "RACCROCHE TOUT DE SUITE ET RAPPELLE TON EDITRICE ! C'EST TON TITRE !", je l'ai adoré, je l'ai aimé, chéri, défendu, écrit.

    J'avais tellement hâte de le partager avec vous, j'espère qu'il vous donne envie d'en découvrir plus. 

    J'espère que vous l'aimez presque autant que moi. 

     

     

     

    Instagram : @SeebySerena

     

     

     

     


    23 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique