• Elle s'appelle Mutio, elle a bientôt 9 ans et elle vit au Kenya.

     

    Je n'ai jamais parlé d'elle à personne, pour tout un tas de raisons et principalement parce que je crois que c'est le genre d'action qui n'a pas besoin d'être publique et aujourd'hui, d'un coup, j'ai changé d'avis.

    Parce que je sais que ce blog est lu, et que si il me sert d'exutoire, de distraction, d'emploi, de divertissement, il DOIT aussi me servir, parfois, à parler de choses importantes.

     

    Mutio c'est ma filleule, depuis mars 2016, elle est entrée dans ma vie et elle a pris une place dans mon coeur.

    Elle n'est pas qu'un prélèvement de plus sur mon compte en banque, elle est un enfant de plus dans mon coeur de maman.

     

    J'ai fait pas mal de recherches avant de sauter le pas, la cause des enfants, et des petites filles en particulier, me tient énormément à coeur.

    Un jour je me suis dit que c'était bien de se révolter sur les réseaux sociaux en lisant des articles horribles sur les mariages forcés ou sur la non scolarisation des filles dans certains pays, mais que de faire quelque chose de concret ce serait encore mieux. 

     

    Je sais que je ne peux pas aider tout le monde. Mais si je peux en aider une, alors c'est déjà une petite victoire. 

     

    Cet article n'est pas là pour recevoir des commentaires quant'à ma démarche, mais pour vous donner des informations, parce que peut être que vous aussi vous êtes à la recherche d'un site de parrainage, peut être que vous aussi vous hésitez, que vous ne savez pas trop comment vous y prendre, que vous vous demandez à quoi votre don va servir exactement, quelle relation vous aurez avec votre filleul(e), quels sont moyens d'entrer en contact, si vous pouvez aller à sa rencontre etc...

    J'espère vous éclairer et vous rassurer sur le parrainage et peut être vous donner envie de franchir le cap.

     

     

    Je parraine via PLAN FRANCE.

    Je suis prélevée chaque mois de 28€.  Moins d'1€ par jour. Je me suis dit que c'était l'équivalent d'un resto avec mes amies. Savoir qu'on peut changer la vie de quelqu'un avec le prix d'un resto ça remue un peu. 

    Et encore c'est déductible des impôts, donc ça revient au final à - de 10€

    J'ai pu choisir de parrainer une petite fille ou un petit garçon, j'ai pu choisir la région et son âge (l'âge je m'en fichais en fait, mais pour vous dire que c'est possible.)

     

    Mon don sert à améliorer les conditions de vie de la communauté dans laquelle vit ma filleule : scolarité/éducation, soins, protection et défense de leurs droits.

    Je peux échanger avec Mutio par mail, par courrier, et si je le souhaite, et si ELLE le souhaite, je pourrais un jour lui rendre visite, la rencontrer, rencontrer sa famille et aussi découvrir les actions sur le terrain. 
    C'est un voyage que j'espère un jour réaliser avec mes enfants. 

     

     

    J'ai reçu un courrier de la maman de Mutio au début de mon parrainage, elle m'a parlé de leur famille, de leur travail, de ses enfants, j'étais très émue de recevoir sa lettre.

    J'ai aussi reçu des photos et des dessins de Mutio. Elle est belle comme un coeur et elle est très douée à l'école.

    Moi je lui écris par mail, je lui envoie des photos de ma petite famille, je lui explique que mon métier c'est d'écrire des choses sur internet. Même que des fois ça fait rire les gens.

    Je lui dirai que je vous ai parlé d'elle. 

    Je reçois régulièrement des mails de Plan international qui m'explique leurs avancées sur le terrain, les petites victoires, leurs combats, leurs actions partout dans le monde et au sein de la communauté de Mutio en particulier. 

     

    J'ai confiance en leur démarche, j'ai lu tout un tas des témoignages de marraines et parrains qui étaient allés sur le terrain, c'est concret, c'est réel.

     

    Je me sens un peu utile. 

    Mutio

     

     

    Alors j'hésite encore à cliquer sur publier, parce que, égoïstement, pendant tous ces mois elle était mon petit secret, et que là j'ouvre en grand une porte que je gardais fermée à double tour,  mais il y a certains combats qui sont trop grands pour qu'on les mène seuls, et je sais qu'ici il y a des milliers de guerrières en puissance.

     

    Je suis consciente que la somme de 28€ par mois ne représente pas que "un diner entre amies" pour tout le monde, je suis consciente que tout le monde ne peut pas se permettre ce don chaque mois, je sais aussi que d'autres préfèrent donner autrement, faire autrement, ou juste ne pas faire, chacun fait comme il veut/peut je ne veux culpabiliser personne, je veux juste par cet article parler de mon expérience de parrainage et peut être ouvrir des portes à des futur parrains et marraines.

    Voilà c'est mon unique but et j'espère qu'il sera compris.

     

    Il est aussi possible de faire un simple don, régulier ou non, vous pouvez choisir le montant, et bien sur c'est déductible des impôts.

     

    Vous connaissez l'histoire du colibri ? 

     

     


    10 commentaires
  • Il m'est arrivé une petite mésaventure, je l'ai racontée sur Snapchat et j'ai eu tellement de retours qu'il fallait que j'en parle ici aussi.

     

    Tout d'abord vous devez savoir que je suis tout sauf une personne radine, j'ai plein d'autres défauts mais pas celui là, en vrai je ne fais pas assez attention à mon argent, ce qui est fort problématique selon mon mari, mais c'est un autre sujet.

     

    Pour autant il y a des choses pour lesquelles je déteste dépenser et pour lesquelles je deviens une vraie crevarde.

     

    Par exemple : passer l'aspirateur dans ma voiture.

     

    Quand je mets les 1€ dans cet engin de malheur je me transforme.

    La crevardise prend possession de mon corps, c'est comme si c'étaient mes derniers 1€, comme si ma vie en dépendait.

    Je dois aspirer cette putain de voiture à l'aide de cette unique pièce car il est IMPENSABLE pour moi d'en remettre une autre.

    Plutôt crever.

    L'adrénaline des 1€

    C'est d'ailleurs ce qui a failli m'arriver, donc.

    Au moment fatidique où je dois passer de l'autre côté de mon véhicule, vous savez quand vous avez fini d'aspirer côté conducteur, j'ai, selon ma technique infaillible, jeté le tuyau de l'aspirateur à travers la voiture façon kamehameha, puis couru tête baissé pour rejoindre le côté passager à la vitesse de la lumière et ainsi gaspiller le moins de centimes d'aspiration possible.

    Tellement tête baissée que je l'ai tapée très fort contre le coffre resté à demi ouvert (ce fdp).

    La douleur ? Le choc ? RIEN DE TOUT ÇA NE M'A FAIT PEUR, NON.

    Ma seule pensée est allée à ce putain d'aspi qui continuait à aspirer le néant et mon argent, j'ai foncé côté passager, j'ai terminé le nettoyage dans l'euro imparti, et seulement après le dernier "WOOOOOoooouuuu" *bruit d'aspirateur qui s'éteint* je me suis autorisée à souffrir ma race, la bosse étant déjà bien sortie de mon crâne.

    C'était quand même moins pire que quand l'aspirateur te lâche alors que t'as pas eu le temps de finir un siège. Quand tu ressens cette détresse, que t'entends même la musique triste en fond, qu'une larme coule sur ta joue avant de te dire, en tentant de balancer les miettes dehors avec ta main, "bon va chier je vais quand même pas remettre 1€ pour ça ! "

    C'est une épreuve psychologique, faut être fort, faut rien lâcher !

    Et c'est ainsi que, en Quasimodo, je me suis rendue au lavage EXTERIEUR. 

    Lavage auquel j'accorde 2€ (parce que sinon tu repars avec plein de mousse et la voiture plus dégueu qu'avant) non sans lâcher une larme de tristesse.

    Mon fils avait obligation d'insérer la pièce alors que j'avais déjà la brosse en main, c'est toujours ça de gagné les gars.

    Et si il a le malheur de me demander si il peut essayer je lui explique que NON, NON TU NE PEUX PAS, LE TEMPS NOUS EST COMPTÉ, avec un tic à l'oeil qui fixe le compteur qui descend et tout en continuant à passer le jet sur le capot. 

    Je suis tellement rapide que de dehors on pourrait croire que je suis sur vitesse accélérée. 

     

    Mission accomplie, je rentre chez moi, l'esprit léger et le mal au crâne, en me disant que "ça c'est fait ! " rendez vous dans 6 mois. (bah ouais crevarde je te dis)

     

    Je raconte ma mésaventure sur Snap, tout le monde se fout de ma gueule MAIS je me rends compte à quel point cette adrénaline agit sur la plupart des gens ! 

    Je reçois des témoignages en nombre, certaines me racontent leur mésaventures, d'autres me donnent des asutces pour aller plus vite :

    "j'ai la même technique, et bah je me suis prise les pieds dans le tuyau et je me suis ramassée la gueule comme une merde ! "

    "moi je passe plutôt de l'intérieur, j'ai essayé les deux, on gagne plus de temps, faut juste faire gaffe au frein à main, dans la teuch ça fait mal"

    "ma soeur était tellement speed qu'elle a aspiré les clés de sa voiture ATTENTION !"

     

    Dans la foulée, mon amie, inquiète, m'envoie un sms :

    "mais bon sang pourquoi tu viens pas chez moi j'habite au rez-de chaussée, je te file mon aspi et je te fais même un café ! "

    "aucun intérêt y a pas de challenge ! Tu n'as pas l'adrénaline des 1€ "

    "si tu veux je te chronomètre ! "

    "ok, là tu m'intéresses, à la fin du chrono tu coupes le courant ! "

    "tu me fais peur kik" (parce qu'elle m'appelle kik) "mais je te comprends, combien de fois je suis partie sans faire mon coffre ! "

     

    Maintenant vous savez, j'ai osé lever le voile, ce phénomène est tabou, on a besoin d'en parler !

    Alors si tu fais partie de la #teamcrevarde du lavomatique vas-y, lâche toi, tu n'es plus seule meuf ! NON, NOUS SOMMES LÀ !

    ET NOUS VAINCRONS ! 

     

     

    (rejoins moi sur Snap pour traiter d'autres sujets profonds : @SEEBYSE)

     

     


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique