• Le bon moment

    C’est toujours difficile de faire une grande annonce. 

    On aimerait trouver les mots exacts, la parfaite tournure de phrase, le moment idéal. Je suis complètement perdue depuis plusieurs jours parce qu’il n’y a rien qui me vient et que le moment idéal peine à arriver.

     

    Ce matin, à 6h02 j’ai été réveillée par mon fils, il avait un peu de fièvre.

    Comme à chaque fois que je suis confrontée à la maladie, j’ai été piétinée par mes angoisses qui ont foncé sur moi tel un troupeau d’animaux sauvages. Un jour je l’espère, un petit 38 sur un thermomètre ne fera plus l’effet d’une bombe dans mon coeur. Mais de toute évidence, ce n’est pas encore pour aujourd’hui. 

     

    Il est 8h39, la température a baissé et mon petit garçon s’est rendormi. Morphée n'a pas fait d'une pierre deux coups, vous l'aurez constaté. 

    Après m’être tournée 127 fois d’un côté puis de l’autre, après avoir scrollé tous les fils d’actualité de tous mes réseaux sociaux j’ai décidé que c’était le pire moment pour me mettre à écrire cet article, alors je me suis lancée. Ça me paraît logique.

     

    Par où commencer ?

    31 mai 2017 soit il y a un an presque jour pour jour, j’ai reçu un courrier.

    C’était une lettre d’une personne très importante pour moi, et, après l’avoir lue, ce jour là, j’ai eu l’idée que j’attendais depuis longtemps : celle de mon premier roman. 

     

    Je me souviens avoir eu une montée d’adrénaline incroyable, j’ai commencé à taper très fort et très vite sur mon clavier ça a duré une journée entière, puis plus rien. 

    Impossible de continuer à écrire, impossible d’ouvrir mon Mac et de voir ce fichier sur mon bureau, si bien que j’ai du le déplacer ailleurs pour ne plus croiser son regard accusateur. 

     

    Les mois ont passé, mon idée restait la même, se précisait parfois même dans ma tête, mais mes doigts refusaient tout simplement de retranscrire tout ça. 

     

    Puis il y a eu Biarritz, en janvier 2018, comme chaque année depuis 3 ans. Il y a eu des menaces, des vraies, de celles qui font froid dans le dos,  la nuit j’entends encore la voix de Virginie  « ça suffit maintenant tu vas t’y mettre tout de suite ou je te chante du Patrick Fiori tous les jours jusqu’à ta mort ».

    Je pleure parfois dans mon lit, en fredonnant « que tu reviennes, je ne m’y attends plus, que tu reviennes, j’ai tellement attendu... ». 

     

    J’ai pris peur. Je pense que cela se comprend aisément.

    En rentrant, et sans trop réfléchir, j’ai pris des billets d’avion pour partir en Italie une semaine.

     

    Pour écrire j’avais besoin d’être chez moi, de ne penser qu’à ça. De n’être la mère et la femme de personne.

    J’avais besoin de retrouver ma maison, mes souvenirs, le goût de l’enfance. 

     

    Je suis partie en mars. 

    Il pleuvait sur le Vesuve à mon arrivée, le soleil avait décidé de ne pas me distraire. 

    Il savait sûrement que si il se pointait, beau et chaud, j’aurais tout laissé pour lui. J’aurais séché les cours comme une ado rebelle qui va rejoindre son amoureux.

     

    Alors il a plu, il a plu pendant des jours. Il pleuvait aussi fort que je tapais sur mon clavier. Sans discontinuer, il pleuvait et moi je tapais. Je ne pensais qu’à ça. 

     

    C’est sorti tellement naturellement, sans souffrance, comme le bel accouchement que je n’ai jamais vécu.

    Comme si quelqu’un me le dictait, comme si, je ne sais pas, j’étais au bon moment au bon endroit. 

    Le dernier jour il a fait très beau alors j’ai filé rejoindre le soleil, la plage et la mer. 

    C’est quelques jours après mon retour que j’ai écrit le mot FIN au bas de mon tout premier roman. 

     

    Et je vous l’écris sans vraiment y croire, alors qu’aujourd’hui c’est encore bien plus réel pourtant. 

     

    Depuis, vous vous en doutez, l’histoire que j’ai raconté à mon ordinateur a commencé à exister un peu ailleurs.

    D’abord dans le cœur de celles qui m’avaient poussé très fort depuis longtemps, des gens que j’aime et dont le jugement m’importe énormément, et puis enfin, chez ceux qui un jour, peut être, auraient pu le présenter au grand public. 

     

    J’ai eu la chance incroyable d’être lue par plusieurs maisons, de recevoir des conseils précieux d’éditrices talentueuses, et aussi, je le dis parce que ça me rend très fière et que ça fait du bien, des éloges que je n’aurais jamais oser rêver entendre. 

     

    J’ai fait le choix de confier mon texte à la personne et à la maison d’édition avec qui je me sentais le plus en phase. 

    Ça a été presque comme une évidence finalement, un coup de foudre. 

    On se voit, on s’aime, on s’installe ensemble on fait un enfant. 

    Tout ça rapidement tellement on est sûrs au fond que c’est la bonne décision. 

     

    Il est 09:11 j’ai les bras engourdis par cette positon inconfortable, il n’y avait pas cette phrase dans mon article idéal pour vous annoncer la sortie, début 2019, de mon premier roman aux Éditions du Cherche-midi.

     

    Il va falloir encore être patiente, c’est à moi que je le dis, pas à vous hein. Je me le répète en boucle pour calmer mon envie de crier au monde « HEY REGARDE J’AI ÉCRIT UN ROMAN ! MOI ! SERENA ! JE NE PENSAIS JAMAIS EN ÊTRE CAPABLE ET LÀ IL EXISTE IL EST RÉEL, PALPABLE !! TU VEUX BIEN PARTAGER MA JOIE ? »

     

    Je l’ai écrit poussée par Virginie que je mets en tête parce qu’elle a été et est toujours d’un soutien sans faille, et qui après cet exploit peut se reconvertir en coach, agent, et aussi, bien sûr, en bourreau,  mais ce serait dommage.

    Je l’ai écrit poussé par toutes mes autres amies, toujours présentes au bord du terrain comme un groupe de pom pom girls sous ecstasy. 

    Je l’ai écrit poussée par la fierté dans les yeux de mes enfants, de mon mari et de ma famille, par vos commentaires « alors Serena, c’est pour quand ce roman ? ». 

    Je l’ai écrit pour moi, aussi et j’ai découvert à quel point j’en avais envie, à quel point c’était enivrant, à quel point j’adorais ça.

     

    Dans quelques mois je vous confierai Anna, son histoire, son enfance, son parcours parsemé de cailloux et son Italie qu’elle aime tant. 

    J’espère que vous prendrez grand soin d’elle, on ne dirait pas comme ça, mais elle est un peu fragile. 

     

     

     

    Le bon moment

     

     

     

    « Penne alla crema di peperoni Les jolies choses #15 »

  • Commentaires

    1
    Samedi 2 Juin à 14:36
    Alexandrine
    Tu m'as fait chialer, c'est pas gentil ! Si ton roman est écrit ne serait-ce que moitié moins bien que cet article (et je ne suis pas très inquiète à ce sujet), ton roman est une tuerie intersidérale, que j'ai TELLEMENT hâte de lire..... Mais tellement hâte !
    Très, très heureuse pour toi
    2
    Sandgarcav
    Samedi 2 Juin à 14:46
    Oh purée tu m'as fait pleurer
      • Sandgarcav
        Samedi 2 Juin à 17:41
        Arg mon com est tronqué ... bon globalement je disais qu'il me tardait la naissance de ce beau bébé. Bravo serena. Et un luvre coaché par Virginie. ..moi je dis wahou d avance. Bisous
    3
    Samedi 2 Juin à 14:53

    Zut alors ! Il n'y a qu'un commentaire, celui d'Alexandrine au-dessus, et elle dit EXACTEMENT ce que j'ai pensé à la seconde ou j'ai fini de lire ce post !!!

    Je ne rajouterai donc rien... mais p... qu'est-ce que je suis contente (oups, c'est sorti tout seul) !!!!!!!!!!!!!!!!!

    Gros gros bisous à la seule Bertiti que je ne connais pas IRL mais j'espère que ça va venir vite :-)

    4
    Steguirou
    Samedi 2 Juin à 14:54
    Ce sera un plaisir de lire ce livre qui, j'en suis sûre, sera super!
    5
    Samedi 2 Juin à 15:12
    Cécile

    Waouh ! Bravo pour ce formidable projet !

    Est ce par hasard que ton héroïne a le même prénom que celle de Ginie ? 

    6
    Laila
    Samedi 2 Juin à 15:15
    Au non de tous les sourires de toutes les larmes, se serai un honneur de te lire mon amie du clavier
    7
    Noëlle
    Samedi 2 Juin à 15:23
    Ta maison s'unit pour te dire comme nous sommes fiers !
    8
    Fanny
    Samedi 2 Juin à 15:31
    Waouh Séréna, j'ai tellement eu peur. Je croyais que tu annonçais que tu arrêtais tout. Et waouh quelle nouvelle!!! J'ai tellement hâte de te lire. ❤
    9
    Aurélie
    Samedi 2 Juin à 16:00
    Grâce à toi j’ai découvert Elena Ferrante... et j’adore! Alors j’ai tellement hâte de lire ton Italie à toi...
    10
    Steph
    Samedi 2 Juin à 16:16
    En attendant
    11
    Samedi 2 Juin à 16:22
    C'est fantastique.
    Compte sur moi pour être chez le libraire le jour de sa sortie. Bravo
    12
    Dorothée
    Samedi 2 Juin à 16:38
    Wahou !!! Que de chemin parcouru depuis la toute jeune italienne des bancs d'école. Je me souviens de cet enseignant qui t'avait donné le goût des lettres et du français : comme il serait fier de toi ! Hâte d'être à 2019 !
    13
    Ange
    Samedi 2 Juin à 16:48
    Je commente très peu mais la je n'ai qu'une chose à dire j'ai des frissons partout en lisant cette annonce c'est trop bien!!!!!!!! Vivement 2019 pour lire ce livre qui je suis sûre sera merveilleux.
    14
    Steph
    Samedi 2 Juin à 17:24
    C’est dans combien de dodo début 2019 ?
      • Aurélie
        Samedi 2 Juin à 19:02
    15
    Slobo
    Samedi 2 Juin à 17:30
    Je te suis aussi , assidûment mais discrètement avec ta tribu de copines. Bravo , tu m'as fait chialer aussi
    16
    faf
    Samedi 2 Juin à 18:19

    Bon ben voilà une chouette nouvelle.

    Après avoir attendu le roman de Virginie chaque mois de mai, nous couperons l'année en deux avec le tien début 2019 puis début 2020 puis début 2021.....

     

    Hâte

    17
    Périne
    Samedi 2 Juin à 18:39
    Si le livre et aussi bon que ce que tu viens d écrire....Enfin c est bien beau tout ça mais suis pas patiente moi du coup trop trop hâte.
    18
    Ana
    Samedi 2 Juin à 18:56
    Tu nous as vendu du rêve... j'ai tellement hâte de te lire, moi qui rêve un jour d'écrire un livre juste pour le plaisir d'écrire. Il faut du temps pour les rêves se réalisent et en te lisant je sais qu'un jour ce moment arrivera ☺.
    Merci pour tout!!! Et j'ai vraiment hâte de dévorer ton livre comme je dévore tes articles!
    19
    Marion
    Samedi 2 Juin à 19:07
    J attendais ce jour avec impatience. Je me disais ses amies l'ont fait alors pourquoi pas elle !!! Hâte de te lire, hâte de découvrir Anna.plein de belles choses
    20
    Emy
    Samedi 2 Juin à 19:26
    Je n’ai qu’une chose à dire : ENFIN !!!
    J’ai déjà tellement hâte de te lire ...
    21
    Marion
    Samedi 2 Juin à 21:59
    Tellement hâte de découvrir Anna!
    Je pense découvrir une aussi jolie personne que toi! Entière ! Vivement !!❤️
    22
    Nanou
    Samedi 2 Juin à 23:07
    Mais trop trop hâte de pouvoir le lire!!!!!!
    23
    Sandrine
    Dimanche 3 Juin à 05:27
    Tellement hate de le lire ! Et de l'offrir aussi ! Bravo Serena ❤
    24
    Vivi
    Dimanche 3 Juin à 09:06
    Génial
    25
    Sylvie
    Dimanche 3 Juin à 09:18

    Bravo Serena ! Je te lie depuis un moment maintenant et j’adore que dis-je je kiff ta façon d’écrire de t’exprimer et ton humour ! Qu’est ce que j’aimerais savoir faire moi aussi ! Mais je laisse ce talent à d’autre et j’ai hâte de lire ton roman ! Félicitations à toi quelle merveilleuse aventure !

    26
    Harmonie
    Dimanche 3 Juin à 10:19
    J'ai super méga hâte
    27
    Leslie DS
    Dimanche 3 Juin à 11:21
    Félicitations !! J'ai très hâte de découvrir ton roman, je serais sûrement l'une des premières à l'acheter!
    28
    Mmefred
    Dimanche 3 Juin à 17:21
    Je suis émue.. tellement émue !! J'en ai les larmes aux yeux ! J'ai hâte. Tellement hâte de te lire et découvrir Anna
    29
    Dimanche 3 Juin à 19:32
    Claire Rêves...
    Bravo!!! C'est génial, j'ai hâte de le lire. Ecrire un roman ou un livre de cuisine est l'un de mes grands rêves. .. un jour sûrement !
    30
    Françoise C
    Dimanche 3 Juin à 22:21
    Mais c'est génial, trop contente que tu sois allée au bout de cette aventure littéraire. Maintenant je vais attendre avec impatience la sortie de ton "Précieux". Bravo, félicitations, bien amicalement
    31
    Ccile95130
    Lundi 4 Juin à 09:09
    Magnifique, ta nonna doit être si fière de cette petite loupiotte arrachée à ses jolies couleurs en Italie pour un ciel gris ici ! Quelle belle revanche !
    Ps : mon homme qui bosse chez culture (avec un A) aimerait le titre afin qu'il commande un 38tonnes pour la sortie ! Il s'est fait avoir avec le dernier roman de V.Grimaldi qui s'est arraché comme des petits pains...il veut pas se louper cette fois !
    Bravo Séréna
    32
    Lundi 4 Juin à 11:27
    Les Petites M

    Un grand bravo intersidéral!!!! Une étape de dingue! Et comme tu dois te sentir à la fois délivrée et impatiente!!!

    Je crois qu'on a tous un roman au fond de nous, et tu as la chance de l'avoir sorti!!!!

    Bises

    Marion

    33
    Aline
    Lundi 4 Juin à 23:40
    Trop hâte ...
    34
    Emmanuelle
    Mercredi 6 Juin à 23:32
    Tellement tellement hâte de te lire, de découvrir qui est Anna, je crois que j’en ai eu un petit aperçu samedi ;-)
    Dans tous les cas, ton roman va être lu et dévoré par bcp. Ta sensibilité, ton humour et ta franchise laissent présager un très beau livre.
    35
    Dimanche 10 Juin à 21:46

    Merci à toutes du fond du coeur pour vos commentaires, votre enthousiasme, vos encouragements <3

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :