• Lu et kiffé, mes préférés de 2016

    J'avais très envie de vous faire un top des livres préférés lus en 2016 ! 

    Ça a été une année riche en lecture, en découvertes, en émotions littéraires, alors voici ceux qui resteront à jamais dans mon coeur !

     

    Je vais commencer par celui qui est devenu mon livre préféré de tous les temps : 

    La vie devant soi de Romain Gary.

    Après cette lecture bouleversante, j'ai lu pas mal d'autres livres du même auteur (il me fascine je crois même que j'en suis tombée un peu amoureuse, c'est possible ? ) mais celui ci, reste mon préféré de tous et de tout ce que j'ai pu lire jusque là.

    Il est à lire et à relire, c'est un récit rempli d'humanité, d'humour, d'horreur, de vie, d'amour. 

     

     

    "Momo ne connaît pas son âge, mais il connaît le "droit des peuples à disposer d'eux-mêmes" et, conformément à ce droit sacré à la dignité, Madame Rosa, ancienne prostituée reconvertie en nounou pour "enfants de putes", n'est pas obligée d'aller à l'hôpital. Il va donc tout mettre en oeuvre pour la préserver contre l'acharnement thérapeutique. Car, s'il sait que l'on peut vivre sans amour, il sait aussi reconnaître cette chose formidable quand elle se présente. Il sait que sans l'amour qu'elle lui infuse, sans l'amour qui déborde de son propre coeur, en vrac pourvu que ça sorte, la vie serait une lutte perdue d'avance pour les petits pensionnaires de la rue Bisson, à Belleville." 

     

     

     

     

    Un autre roman que j'ai adoré : En attendant Bojangles  d'Olivier Bourdeaut. 

     

    Cette histoire d'amour vue depuis les yeux d'un enfant est tout simplement magnifique. C'est un récit empreint de folie, de douceur, on rit avec eux, on voyage avec eux, on fait la fête avec eux, et surtout, depuis, j'ai découvert cette chanson, et je danse aussi avec eux. 

     

    "Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n'y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.

    Celle qui mène le bal, c'est la mère, imprévisible et extravagante. Elle n'a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.

    Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l'inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.

    L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom."

     

     

     

    Elena Ferrante et son L'amie prodigieuse découvert cet été par hasard.

    J'ai lu le premier tome en français puis les 2 autres en italien dans la foulée (la traduction du 3ème vient de sortir en France il y a quelques jours).

    J'ai été autant fascinée par l'amitié entre Elena e Lila que par le mystère qui entoure l'auteure dont on ne sait rien ou presque.

    Elena Ferrante décrit l'Italie du sud d'après guerre avec tellement de justesse, on est emportées du premier au dernier mot dans un voyage intime, passionnant. 

     

    "«Je ne suis pas nostalgique de notre enfance : elle était pleine de violence. C’était la vie, un point c’est tout : et nous grandissions avec l'obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile.» Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l’école pour travailler dans l’échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s’éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition. Formidable voyage dans l’Italie du boom économique, L’amie prodigieuse est le portrait de deux héroïnes inoubliables qu’Elena Ferrante traque avec passion et tendresse."

     

     

     

    Ta façon d'être au monde de Camille Anseaume. 

    J'adore Camille, sa plume, je suis fan de ses deux livres et de ses billets d'humeur sur son blog, mais ce livre là est encore au dessus de tout ça.

    Je n'ai pas pu le lâcher, il m'a scotchée. J'ai adoré la narration (même si je sais qu'elle n'a pas fait l'unanimité), la justesse dans le récit des émotions et de leur complexité. 

    Bref, un roman que je n'oublierai pas. 

     

    "« C’est l’heure du départ, la fin de l’été. Il faut rentrer. Dans la chambre, je reste transie, incapable de bouger. C’est l’angoisse et les regrets qui me paralysent. Je comprends que je n’ai pas pris le temps de défaire mes valises, ni même de regarder à la fenêtre. Maintenant que je réalise qu’on y voit la mer, il est temps de m’y arracher. Le séjour est passé sans moi. J’étais là, et je ne le savais pas. J’en conçois une tristesse et une culpabilité infinies, sans commune mesure avec les faits. Tu connais ce rêve étrange que je t’ai souvent décrit.
    Il m’a hantée chaque nuit pendant des années. Et puis un jour je ne l’ai plus fait.
    Ce jour-là, j’ai compris que l’été avait duré vingt-six ans. »

    Elles sont amies d’enfance. L’une est inquiète, rêveuse, introvertie ; l’autre est souriante, joyeuse, lumineuse. Ensemble, elles grandissent, découvrent la vie, l’amour. Jusqu’à ce qu’un drame bouleverse le monde qu’elles se sont bâti... Un roman poignant sur l’amitié, le deuil, et sur ce point de bascule irréversible qui sonne la fin de l’insouciance."

     

     

     

    Comment ne pas parler du Prix Goncourt de Leila Slimani : Chanson douce 

     

     

     

    C'est un livre qu'on lit d'une traite, impossible à reposer.

    Il aborde un sujet terrible avec une justesse incroyable. Le style de Leïla Slimani m'a totalement emportée, il est sans fioritures, percutant, parfois on reçoit les phrases comme des gifles.

    La société actuelle, le rôle des femmes dans celle-ci, le couple, tout est disséqué. C'est une autopsie de notre époque, d'un drame.

    Je ne vais pas vous mentir il remue et fiche le cafard, ne le lisez pas un lundi pluvieux, mais il vaut vraiment le détour. 

     

    "Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame. A travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c'est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l'amour et de l'éducation, des rapports de domination et d'argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant."

     

     

     

     

    Il y a eu aussi La ballade de l'enfant-gris de Baptiste Beaulieu, ce médecin qu'on ne présente plus. 

    Et quelle jolie ballade... 

    Une grosse claque ce livre, triste, drôle, émouvant. Il s'agit de la mort d'un enfant, du lien unique avec son médecin, de l'absence de sa mère.. c'est bouleversant et pourtant on sourit, pourtant on voyage, on touche du doigt ces paysages.

    C'est le genre d'ouvrage qui change la vision des choses, c'est rempli d'humanité. 

     

     

     

     

    Plus récemment, j'ai dévoré d'une traite aussi Nous n'avons pas fini de nous aimer de Danielle Mérian.

    C'est cette dame, que la France à découvert au lendemain des attentats : 

     

    Dans ce livre qu'elle a co-écrit avec Tania de Montaigne, on découvre sa vie, son combat.

    Une femme avec un grand F. On le referme révolté. Pour moi il devrait être lu à l'école, on y apprend énormément et surtout, il enseigne que la réponse à tout, c'est l'amour. 

     

    En 28 secondes d'interview télévisée, instantanément relayées dans le monde entier, Danielle Mérian, 78 ans, est devenue l’incarnation d’un sursaut vital, d’une résistance généreuse aux puissances mortifères qui ont attaqué Paris le 13 novembre 2015.
    Avocate, militante infatigable contre la torture, la peine de mort et l'excision, Danielle Mérian raconte son parcours de femme libre. Elle montre que l'engagement est le meilleur moyen de tenir bon face à l'adversité et de reprendre en main notre destin, ensemble, debout, inlassablement.

     

     

     

    Je me rends compte qu'elle n'est pas bien gaie ma sélection, alors je finis sur une note positive, avec de la légèreté, de l'humour à en avoir des fous rires qui donnent des crampes au ventre, de l'émotion, aussi, bien sur, mais avant tout une bonne dose de "aaaaaah ce livre fait DU BIEN ! "

    Je nomme Virginie Grimaldi avec son Tu comprendras quand tu seras plus grande dans la catégorie : on en redemande ! Cette meuf est un distributeur officiel de bonne humeur, et... je dis ça je dis rien comme disent les jeunes, mais son 3ème roman, qui arrive en mai.. ROHLALALAAAAAAA !

    (ouais je sais vous me détestez ! )

     

    "Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.

    Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ? Et si l’amour se cachait là où on ne l’attend pas ?
    C’est l’histoire de chemins qui se croisent. Les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire.

    C’est une histoire d’amour(s), une histoire de résilience, une ode au bonheur."

     

     

     

    Voilà pour moi, je voulais remercier tous ces auteurs pour le BONHEUR qu'ils me procurent au fil des mots, des pages.

    Merci pour vos histoires, merci d'avoir décidé de les raconter. Vous rendez ma vie plus belle. 

     

     

     

    « Torta alle noci di zia : recette. Grignotez sain ! - Concours Amandes de Californie »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    julie
    Mardi 10 Janvier à 10:13

    Je suis un peu amoureuse de Romain Gary aussi! Je ne me suis toujours pas remise de son autobiographie Les promesses de l'aube! J'ai lu cette année le sens de la vie qui est un livre interview, c'était très intéressant aussi! En attendant Bojangles m'a énormément marqué aussi! Je suis préssée de lire le prochain Virginie Grimaldi! Je vais acheter à ma pause repas Nous n'avons pas fini de nous aimer, je ne savais pas que ce livre existait! Merci pour ton blog et tes conseils!

      • Mardi 10 Janvier à 10:18

        Oh oui je crois que j'aurais du mettre "La promesse de l'aube" dans ce top, tu as raison, ce livre est juste incroyable ! 

        Bon je crois qu'on est nombreuses à s'être amourachées de Romain, faut dire qu'il vend du rêve avec ses yeux profonds là, sa moustache, son humour et ce talent ! ce talent ! 

        Je pense que tu adoreras Nous n'avons pas fini de nous aimer ! tu me diras :)

    2
    jess
    Mercredi 11 Janvier à 13:55
    dommage que sur 8 livres il n'y en ait que deux qui n'ont pas été publié par de très grandes et grosses maison d'édition... je ne met en aucun cas en doute leurs magnifiques talents mais je suis moi-même un écrivain publié (à compte d'éditeur... une vraie édition sans arnaque quoi...) dans une toute petite maison d'édition et c'est parce qu'on parle toujours des grands que les petits n'ont même pas leur chance de fonctionner...
    apart ça j'aime bien ce que vous faites!;-)
      • Mercredi 11 Janvier à 15:40

        je suis moi même publiée dans une petite maison, quand je lis un livre je ne regarde pas où il a été publié.

        Ici c'est un best of, mais je tiens cette chronique toute l'année, j'y mets ce que j'ai le plus aimé, je lis beaucoup et je lis aussi des daubes, dont je ne parle pas, elles viennent aussi des petites et grosses maisons. 

        Bref y a du bon et du mauvais partout, moi je parle de ce qui m'a plu. 

    3
    julie
    Lundi 30 Janvier à 12:08

    bonjour! J'ai lu Nous n'avons pas fini de nous aimé ce week end et je te dis MERCIIIII j'ai envie de le conseiller au monde entier! J'ai commencé l'amie prodigieuse hier soir! Je te conseille Il pleuvait des oiseaux de Jocelyne Saucier!

    4
    Virginie
    Lundi 30 Janvier à 19:51

    Bonjour,

    Je viens de finir Chanson douce... Wahouu .... La claque!!

    Je conseille une lecture legere ensuite!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :