• Voilà un petit bout de temps que je n'ai pas mis à jour cette rubrique, mais ce dernier dimanche soir de 2018 m'a donné envie de m'y remettre.

    Surtout parce que cette fin d'année a été plutôt mitigée pour moi et que je n'ai pas envie de rester sur un goût amer, 2018 m'a apporté tellement de jolies choses ! Alors je vais les lister, pour continuer à graver le positif !

     

    • Il y a eu les voyages, les retrouvailles avec Biarritz, le concert à Milan, la découverte de la Bretagne puis de Périgueux, une virée en Belgique ! J'ai aussi eu le bonheur de rentrer deux fois chez-moi, dans le sud de l'Italie. 
    • Il y a eu l'écriture de mon roman, bien sûr, en Italie justement, un moment tellement important pour moi, une semaine hors du temps, où pour la première fois depuis très longtemps, je ne me suis occupée que de moi et de ce projet qui me tenait tellement à coeur.
    • Puis il y a eu l'aventure qui a débuté avec le Cherche-Midi, ma maison d'édition, la recherche du titre, la couverture, les corrections, tout ce qui est mis en place pour que, le 14 mars prochain, je puisse vous livrer la meilleure version du récit que j'ai écrit. J'ai aussi fait la connaissance de personnes formidables, tellement passionnées par leur métier, tellement talentueuses. C'est un bonheur de travailler avec eux, je me sens vraiment chanceuse. 
    • Il y a eu les beaux livres lus, les films qui font chialer et dont on écoute la B.O. en boucle dans la voiture, les séries auxquelles ont devient accro et les personnages qu'on voudrait ne jamais quitter ! Que de belles découvertes ! 
    • Mon mari a couru son premier marathon, et il est allée au bout, sans entrainement, juste parce qu'il s'était dit qu'il allait le faire, et il l'a fait. Je suis toujours bluffée par sa force, par son mental. Je suis extrêmement fière de lui mais n'allez pas lui dire surtout.
    • Mes amies, le fil rouge de ma vie, celles d'hier et les plus récentes. L'amitié qui s'en tape des kilomètres, celle qui passe des heures au téléphone, celle qui lâche tout et qui accourt, celle des texto à 6h du mat... L'amitié ce sentiment incroyable, comme autant de mains qui te hissent vers le haut. "Pas besoin d'avoir beaucoup d'amis si tu as les bons", me disait ma grand-mère, et elle avait tellement raison. J'ai les bonnes.
    • Cette année j'ai pu aussi vous rencontrer, lors d'une soirée en juin, autour d'un atelier pâtisserie, plus récemment, ou juste au détour d'une rue et des hasards de la vie. Et c'était génial. Quand les pseudos deviennent des visages ça rend notre lien plus réel. 
    • J'ai pris du plaisir à échanger avec vous ici sur le blog, sur Facebook ou sur Instagram. J'apprends énormément de nos échanges. Merci pour les rires, les émotions, les conseils et les débats. 
    • Mes fils, mes grands garçons sont devenus encore un peu plus grands. Mon ainé m'a carrément dépassé de 2 cm déjà et bon, comment dire, ça pique un peu c'est sûr. Mais quelle joie de les voir évoluer, s'affirmer, apprendre, dormir ! quelle joie de les voir dormir autant vraiment !! :D Je vous parle rarement d'eux maintenant, ils grandissent et ils ont le droit à leur vie privée, mais je peux vous dire combien je les aime, combien ils sont beaux et gentils et intelligents et incroyables. Oui j'ai le droit, je suis leur mère et il faudra me croire sur parole. 

     

    J'ai sûrement oublié plein de choses, les beaux coucher de soleil, la Côte amalfitaine en bateau, les siestes du dimanche, les ronrons de mon chat, l'appel de mon père après son opération, Paris, les séances de sport qui font du bien, la chanson "La musica non c'è" en boucle, mes premiers cookies, les week-end en amoureux, le limoncello, les haters (la version drôle), la sensation du soleil sur la peau, acheter des chaussures, Cagoline, la mer en hiver, chevaucher une licorne, vos messages, les petits mots que me laisse mon fils, les huitres au petit déjeuner, se trouver jolie après un passage chez le coiffeur, recevoir des cadeaux inattendus, les textos qui remplissent les yeux de larmes de bonheur, rêver de ma nonna, m'endormir dans les bras de mon mari. C'était une belle année, les épreuves ne font que rendre les jolies choses encore plus jolies.

    Merci beaucoup 2018. Je ne t'oublierai pas. 

     

    Les jolies choses de l'année

     

    Instagram : @seebyserena

     


    6 commentaires
  • C’était les premiers mots que prononçait ma nonna lorsqu’elle entendait ma voix au téléphone, 

    C’est un copain d’école qui m’interpelle au bar, qui me demande pour combien de temps je reste et qui m’ordonne de m’assoir pour qu’il puisse me payer un café, 

    C’est ce que me dit mon père, fier, à chaque fois qu’il me voit, 

    C’est le bonjour de la petite vieille devant l’église, du fleuriste du village, du voisin, de mon amie d'enfance,

    C’est aussi ce que je dis moi, à l’Italie, à chaque fois que je la quitte. 

    « Ciao bella » c’est une expression douce et joyeuse, pleine de tendresse, ce sont deux mots comme deux bonbons. 

    Ils contiennent de l’amour, de l’amitié, des sourires et un peu de mélancolie, parfois, 

    Moi j’espère que vous retrouverez toutes ces émotions, au fil des pages que j’ai écrites.

    J’ai fait de mon mieux pour les semer dans « Ciao bella », mon premier roman qui sortira dans tout pile trois mois. 

     

     

    Ciao Bella

     

     

     

    Ce n'était pas le titre de départ, j'en avais un autre qui me convenait, mais j'étais toujours dans l'attente d'un "miracle".

    D'une vision. D'une illumination.

    Plus le temps passait, plus je pensais que j'allais devoir faire le deuil du titre parfait, et en même temps, pour ce premier roman, dans lequel j'ai mis tout mon coeur, il était difficile de me contenter de quelque chose de juste correct. 

    Je voulais un coup de foudre, je voulais qu'il représente quelque chose, qu'il me parle, qu'il me fasse dire, non crier :

    "MAIS OUI, C'EST ÇA, C'EST ÉVIDENT."

    Et lorsqu'un jour, dans mon bain, il a toqué à mon esprit, il m'a paru tellement évident justement, que ça m'a fait peur. 

    C'est en parlant avec Virginie que j'ai osé le murmurer, puis le prononcer franchement et là, en même temps qu'elle s'emballait en me criant : "RACCROCHE TOUT DE SUITE ET RAPPELLE TON EDITRICE ! C'EST TON TITRE !", je l'ai adoré, je l'ai aimé, chéri, défendu, écrit.

    J'avais tellement hâte de le partager avec vous, j'espère qu'il vous donne envie d'en découvrir plus. 

    J'espère que vous l'aimez presque autant que moi. 

     

     

     

    Instagram : @SeebySerena

     

     

     

     


    23 commentaires