• Vendredi, 22 janvier 2016

     

    Avant - propos :

     

    Bon, alors voilà.

    Lorsque je suis partie à Biarritz il y’a deux semaines, je devais, en contre partie, écrire un article sur mon blog.

    Or, ce week end là a été important pour moi, bien plus important et bouleversant que ce que j’avais pensé vivre.

    Et le résumer dans un seul billet était impensable.

     

    J’ai voulu essayer de le raconter comme on raconte une histoire, d’en faire une nouvelle, en fait.

    Ça a été difficile pour moi de m’y mettre parce que je suis persuadée que je n’ai pas la capacité d’écrire comme ça. 

    J’admire tellement ceux qui savent, que ça me parait presque irrespectueux de tenter moi aussi et vraiment, je le dis sans fausse modestie aucune. 

    Je crois que je me débrouille bien pour raconter les choses mais dans des textes courts. Percutants. Sans fioritures.

    Alors j’ai tenté de refouler cette envie et de ranger cette idée quelque part, mais elle revenait sans cesse.

     

    Ce matin, la pluie battante aidant, je me suis collée sur mon clavier, et je n’ai pas réussi à m’arrêter de taper

     

    Au fur et à mesure des lignes, je me sentais de plus en plus libre, comme si j’apprenais à faire du vélo sans les petites roulettes.

    Ginie, Cynthia et Sophie m’ont donné l’impulsion jusqu’à ce que je chope l’équilibre nécessaire pour avoir assez confiance en moi.

    C’est quelque chose que j’avais rarement ressenti avant, comme si je me découvrais un pouvoir.

     

    Alors je ne sais pas ce que ça vaut, si ça vous plaira, je vous livre un premier extrait comme si je vous donnais un petit bout de moi, je vous demande de le lire avec bienveillance mais aussi de me donner votre avis honnête, de me dire si vous avez envie, ou non, de lire la suite, si ça vous plait ou pas, si je dois continuer, ou pas.

     

    Si c’est positif, vous aurez chaque soir de la semaine, un petit chapitre, il y en a 3 normalement ou plus je n'ai pas fini.

     

    Merci de prendre le temps de me lire, parce que écrire c’est bien, être lue c’est encore mieux.

     

    Allez, je vous emmène avec moi.

     

     

     

    Vendredi, 22 juin 2016

     

     

    Vendredi, 22 janvier 2016

     

    Trois heures du matin. Putain.

    Ça recommence. 

    "Essaie de ne pas y penser, rendors-toi, tout va bien, ne la laisse pas gagner ! "

     

    Trop tard. 

    Elle me broie les intestins, je me tords de douleur, j'ai mal, j'ai trop mal. 

    La gastro ?

    Non, non.

    C'est ma copine l'angoisse.

     

    Je dois monter dans un train dans 5 heures, direction le sud ouest, je dois retrouver trois filles que je kiffe, nous sommes invitées pour deux nuits dans un hôtel de rêve, avec spa, piscine et vue sur l'océan. 

    Et moi j'angoisse. 

    De partir, de laisser mes enfants, qu'il arrive un malheur pendant que je me prélasse au soleil, que mon monde s'écroule si je ne suis pas là pour le soutenir. 

     

    C'est une lutte hyper violente à l'intérieur de moi, il y a la femme qui a envie de se barrer et celle qui ne veut surtout pas partir qui s'arrachent les cheveux, se crèvent les yeux et se filent des coups de boule.

     

    Je regarde mon téléphone, des messages d'encouragements des filles, de mes amies, de mon mari. 

    "Ne la laisse pas gagner! "

    "Tu peux le faire! "

    "Tout va bien se passer, je m'occupe des enfants."

    "On t'attend ! Ce week end c'est toutes les quatre ou rien ! "

     

    Je me sens ridicule.

    J'ai l'impression de devoir partir en guerre... Je vais au Regina, quoi. 

    Mais l'angoisse se fout des étoiles et de la vue sur l'océan, l'angoisse veut juste te pourrir la vie. 

     

    Ma valise est bouclée, je suis certaine d'en avoir oublié la moitié, tant pis, je rejoins 3 autres meufs pour ce week end, à nous quatre on devrait avoir de quoi fournir toute une ville en produits féminins. 

     

    Tout mon trajet est calculé, prévu, étudié, il n'y a pas de place pour l'erreur. Je peux le faire et dans sept heures je serai sur place. 

     

    Premier train, premier problème. 

    25 putain de minutes de retard. 

    C'est foutu, si je rate le premier je rate les deux autres, et tout tombe à l'eau. 

     

    Il doit faire moins 8000 sur ce quai de gare, mon amie avec qui je suis au téléphone pour me rassurer comprend que c'est la merde, je pleure de rage, j'ai des stalactites sous les yeux, elle me dit de ne pas bouger, qu'elle arrive, qu'elle m'emmènera à mon TGV. 

    Je ne sais pas comment, mais quelques minutes plus tard je vois sa voiture débouler, elle est en pyjama. À l'arrière, ma filleule d'un an, à peine réveillée et avec son biberon dans la bouche doit se dire que sa marraine a vraiment un grain. 

     

    "On va y arriver enfin, on va essayer!" me dit mon amie.

    Je vois bien qu'elle n'y croit pas trop, c'est trop juste, mais elle essaie de toutes ses forces ça me donne envie de chialer, encore. 

    "J'ai pas eu le temps de pisser, mais on s'en fout, j'ai qu'un rein, ça fait moins de pipi à retenir!" 

    Je passe des larmes au rire, elle est con. 

     

    On arrive, je lui lance un "j'tez moi ici ! "

    Comme dans notre film préféré, "La cité de la peur", elle me dit "T'as 3 mn 12 d'avance, t'es large ! Profite putain ! " 

     

    Je lui promets de ne pas oublier ce qu'elle vient de faire. Elle sait très bien que ce ne sont pas des paroles en l'air. 

    À cet instant précis je me dis que l'amitié c'est ça, je ne peux pas le décrire avec des mots précis, mais c'est ça, c'est cet instant là, devant la gare. 

     

    Je saute dans le TGV, une seconde avant que les portes se referment derrière moi. 

    En effet j'étais large. 

     

     

    Envolée la peur. 

    Je suis en nage mais j'ai froid. 

    Plus rien ne m'arrêtera maintenant. 

     

    Enfin rien... 

     

    Paris. 

     

    J'ai une heure pour changer de gare et sauter dans le deuxième TGV qui m'emmènera à Bordeaux, la ville de Ginie.

     

    Ginie, Virginie. 

    Écrivain, blogueuse, maman, drôle et angoissée comme moi. Enfin un poil plus quand même. Soyons honnêtes. 

    Elle a tout pour me plaire cette femme, j'ai envie de la rencontrer depuis que je l'ai lue la première fois et qu'elle a mis à rude épreuve mon périnée.

     

    On échange depuis longtemps maintenant en privé, par SMS ou par téléphone, mais la distance et nos angoisses respectives compromettaient un peu la chose. 

    C'est le jour J. 

    Je vais la serrer dans mes bras, j'en ai envie, alors que je déteste ça, serrer les gens dans mes bras. 

    "Qu'est-ce qui m'arrive bordel..." 

     

    Je suis brutalement arrachée à mes pensées lorsque, en sortant de la Gare de l'Est j'aperçois mon chauffeur, censé me conduire à Montparnasse, entouré de ce qui va devenir mon problème numéro deux : la police. 

     

    Un rictus nerveux me fait trembloter la lèvre, je sens que ça va merder, je monte dans la voiture, le chauffeur me rassure, le policier me rassure, on est large, j'aurai mon train. 

     

    Bon. 

     

    L'heure tourne, l'un ne trouve pas ses papiers, les autres sont d'une lenteur à peine croyable, j'ai envie d'aider le premier à chercher sa foutue feuille et de secouer violemment les deuxièmes, tout à coup en grande conversation avec un passant. 

    Je vais tous les tuer.

     

    Vingt minutes plus tard on a toujours pas bougé mon train est dans quarante minutes et la gare à trente… Sans compter les bouchons. 

    Faut pas avoir fait Maths Sup pour arriver au résultat de l’équation : VA NOUS FALLOIR UN MIRACLE.

    J'ai des tics a l'œil gauche. 

     

    On finit par démarrer, je suis le trajet sur la tablette devant moi, ça n'avance pas vite du tout, on est resté 3mn17 bloqués à "arrivée dans 11mn"...

     

    Je suis en nage, je venais à peine de sécher. 

     

    J'aperçois la tour d'un autre de mes films préférés, je lance un :

     

    "C'est de toute beauté, j'tez moi ici Marie Joelle! "

    Le mec ne pige pas la blague me dit que je suis large, promis, et qu'il est désolé.

     

    Mon quai est à l'autre bout de la gare,

    Mon wagon est tellement loin que si je continue encore 100 mètres je pense que j'arrive à Bordeaux à pieds. 

     

    Je monte. 

    J'entends siffler. Le train oui, de rien. 

    On démarre. 

     

    Il me faut un whisky.

     

    Je somnole pendant le trajet, la faim me réveille. 

    Ah oui, je suis à jeun depuis 24 heures, l'angoisse veille à ce que tout sorte de mes intestins et à ce que surtout rien ne rentre. 

    Glamour, j'te jure.

     

    Le couple devant moi s'enfile un sandwich à la mortadelle, l'odeur me fait baver sur mon écharpe qui me sert de coussin... Une idée me traverse l'esprit, leur sauter dessus en chevauchant le siège, créant ainsi un effet de surprise, leur arracher leur casse dalle en hurlant "C'EST MON MANGER ! " puis m'empiffrer comme une psychopathe devant leurs yeux ahuris. 

    Je soumets l'idée à mes amies par sms.

    Elles m'encouragent. 

    Je les soupçonne d'être en manque de sensations fortes. 

     

    Je finis par me raisonner, déjà je suis pas très souple, en plus je suis crevée et surtout j'ai moyen envie qu'on me surnomme "la femme mortadelle"... 

    Je vois d'ici les titres sur le net : "Exclusif : une blogueuse affamée agresse un pauvre couple et leur vole leur repas... " on expliquerait que l'odeur de la mortadelle me rend folle depuis l'enfance, on interviewerait ma psy qui avouera que c'est un problème qu'elle a en vain tenté de régler, que cette charcuterie me rend violente et imprévisible... 

    Je me rendors. 

     

     

    "Mesdames et messieurs vous êtes arrivés en gare de Bordeaux ! "

     

    Putain qui l'eût cru. 

    J'y suis.

     

    Je vais rejoindre les filles, en manger une des deux - j'ai encore la dalle si vous suivez -  et dans 2 heures on sera les doigts de pieds en éventail face à l'océan.

     

    Il fait doux, le soleil est là, cette ville sait incontestablement comment accueillir. 

     

    Je crois apercevoir au loin une petite femme aux cheveux rouges agitant une banderole.

     

    Je plisse mes yeux de myope : c'est du PQ ! Et c'est Cynthia ! 

     

    Cynthia ou un mètre moins le quart de positivisme et de bonne humeur. 

    C'est une fille avec qui tu ne peux pas déprimer, impossible. 

    On devrait la rembourser comme du Xanax. 

    Si t'as une baisse de moral hop, une heure de Cynthia et tout va mieux. Ta vie redevient colorée comme ses cheveux ! 

    Je suis contente qu'elle soit la, elle sera notre bouée de sauvetage en cas de tempête de stress et d'angoisse ! Elle est notre mère à toutes, cette maman bavarde. 

     

    BOUM.

     

    Derrière elle, un Picasso vient de reculer tout droit sur un poteau. 

    La voiture, pas un tableau du défunt peintre.

    Merde, Ginie. 

    Elle vient d'emboutir sa caisse, descend avec un sourire de 10 mètres de long et me serre tellement fort... ça fait du bien.

    J'ai jamais vu quelqu'un d'aussi content d'emboutir sa voiture.

     

    "Tu l'as fait ! T'es une championne ! " me dit elle avec son accent chantant. 

     

    Si quelqu'un l'entend m'adresser ce compliment il pourrait croire que là, avec ma valise, je rentre tout juste d'un voyage humanitaire. 

    J'ai un peu honte, mais ceux qui subissent les crises de panique au quotidien, comme moi, comme Virginie, savent que voyager seule et loin de chez soi est un petit exploit personnel non négligeable. 

    Je range la honte et je me promets en silence de m'engager dans une mission humanitaire, un jour. 

     

    Nous sommes presque au complet, nous partons direction Biarritz rejoindre la dernière pièce de ce puzzle qui, au fur et à mesure qu'il s'assemble, me donne un aperçu qui me plait vraiment beaucoup. 

     

     

     

    "J´irai où tu iras, mon pays sera toi

    J´irai où tu iras qu´importe la place

    Qu´importe l´endroit ! "

     

    Celine hurle dans la voiture et nous avec elle.

    C'est ignoble, on donnerait envie à un sourd de s'enfoncer des cotons tiges dans les oreilles jusqu'à ce que les deux bouts se touchent. 

     

    "Tu vois les montagnes ? Ah zut on ne les voit plus ! " 

    "Là ! Là les montagnes ! " 

    Je ne vois rien, je suis myope comme une taupe, mais Ginie tient à ce que je les voie. Alors au bout de douze fois je lui dis que oui. Que je les vois.

    "C'est magnifique", j'assure. 

    Parce que ça doit sûrement l'être pour la passionner autant. 

     

    Elles m'avaient préparé un pique-nique,

    La voiture ressemble à un champ de ruine, y a des épluchures de mandarine, du papier essuie tout, des trousses de maquillage, des bouts de cake. 

    On rit en imaginant la tête du voiturier. 

    Il risque de se souvenir de ce Picasso entre deux Porsche. 

     

    Tout à coup c'est le déluge. 

    Le ciel s'assombrit, on ne voit pas à deux mètres, ce qui ne change pas grand chose pour moi, soit.

     

    Ginie annonce qu'on est arrivées, elle nous indique le phare, je glisse « à on », je me dis que j'ai bien fait de venir, ça me change du temps de l'est. 

    J’ai beaucoup d’humour.

     

    On décide de s'en foutre, de descendre sous le déluge pour admirer la plus belle vue de Biarritz. 

    On est trempées, on voit pas grand chose mais l'essentiel est là : l'océan, le rire réconfortant de celles qui m'ont fait traverser la France, et ce sentiment génial qui m'emplit le ventre, le bonheur. 

     

     

     

    Dans le hall de l'hôtel, j'ai l'impression qu'on est une parfaite réplique des "Tuches".

    On a les yeux et la bouche grands ouverts, on émane des sons à base de "waaaaah" "ohhhhhh", on filme, on snapchatte, on instagramme. 

    Trois femmes trempées jusqu'aux os, des cœurs dans les yeux et beaucoup trop bruyantes, le personnel nous cerne rapidement, je lis dans leurs yeux un mélange d'appréhension et d'amusement pour les 48h prochaines heures.

     

    "Vous êtes surclassées, nous vous avons réservé deux suites." 

     

    Je crois que Ginie s'est pissé dessus à ce moment précis, j'ai dû retenir Cynthia de sauter à pieds joints sur le canapé et moi il a fallu me réanimer avec des gifles. 

     

    Les suites sont somptueuses. 

    Ginie demande à dormir avec moi, parce que je ne ronfle pas, et que elle et Cynthia oui. 

    Et que si elle ne dort pas bien elle angoisse. 

    Ça me va. 

    J'ai l'habitude des ronfleurs. Et des angoisses. 

    C'est parfait.

    Elle est contente parce que de notre fenêtre on voit les montagnes. 

    Je crois qu'elle fait une fixation. 

     

    Sophie ! Elle est là. 

    On hurle par la fenêtre comme des femmes distinguées dans un hôtel de luxe. 

    « WOUHOUUUUU ON EST LÀ MA POULE C’EST LE KIFF ICIIIIIII VIEEEEENS ! »

     

    Elle monte nous rejoindre, elle a du champagne. 

    Mais ce n'est pas que pour ça que j'aime autant Sophie.

     

    J'aime ses livres, son humour, sa sensibilité, son talent immense et sa douceur. 

    Sophie c'est une femme que je trouve belle. J'ai des critères particuliers en beauté féminine, j'aime les visages atypiques, les beautés naturelles, sans artifice. J'aime les femmes élégantes, délicates, drôles et intelligentes. 

    Ouais, si j'avais été un mec hétéro ou une femme homo, j'aurais galéré pour me trouver une meuf ou alors il aurait fallu que Sophie accepte de m'épouser. 

     

    Nous sommes au complet. 

    Au bout de 2 coupes de champagne on a déjà pleuré de rire et de peine, on a utilisé une bonne partie de notre vocabulaire fleuri à base de "couilles" "bite" "pute" et, après un ravalement de façade, en équilibre instable à cause de l'alcool sur nos talons de fille, nous allons dîner dans le restaurant de l'hôtel. 

     

    Je ne sais pas si ce sont les plats délicieux, le vin parfait, le personnel adorable supportant nos blagues relou, le lieu irréel ou celles qui ont partagé tout ça avec moi qui ont fait de cette soirée un moment inoubliable, mais je m'endors sereine, comme un bébé, dans ce lit immense, en me disant que j'avais réussi ma mission humanitaire à mon échelle. 

    Aujourd'hui, je me suis une peu sauvée, moi. Je respire. Je vis.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Le jour où j'ai laissé mon fils rentrer seul de l'école.Samedi, 23 janvier 2016 »
    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Sab-c-too
    Lundi 8 Février 2016 à 20:29
    J'adore !!!! Vivement la suite ...
    2
    fanny
    Lundi 8 Février 2016 à 20:33

    la suiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiteeeeeeeeeeeuuuuuhhhhhhh !!!!!!!!!

    3
    Christelle
    Lundi 8 Février 2016 à 20:34
    Encore ! Encore ! Encore !
    4
    Lundi 8 Février 2016 à 20:39
    La suite ! À suite !!! J'ai adoré ! J'ai beaucoup ri ! Merci merci !
    5
    Tifa
    Lundi 8 Février 2016 à 20:40

    Wouahou quel périple. 

    On attend la suite maintenant !!

    PS : Tu sais, moi les montagnes je les ai au bout de ma rue, toutes enneigées, si jamais y a besoin de photos pour faire plaisir à Ginie (c'est les mêmes mais un peu plus vers la droite, pile au milieu des Pyrénées), je ne les regarderais plus jamais sans pensé à ta myopie et à Ginie. lol

    6
    Pauline
    Lundi 8 Février 2016 à 20:41
    C'était vraiment trop court. Vivement la suite ...
    7
    Annaël
    Lundi 8 Février 2016 à 20:45
    J'adoooooooore merci!! Vivement la suite!!
    8
    eliette
    Lundi 8 Février 2016 à 20:47
    Vivement la suite...
    9
    Emanuveg
    Lundi 8 Février 2016 à 20:47
    La suite...la suite..
    10
    Naudri
    Lundi 8 Février 2016 à 20:50
    Génial !! Je le suis étouffée avec ma propre salive tellement j ai ri. La salive par le nez c'est pas top... Merci !!!!!!
    11
    lyloo83
    Lundi 8 Février 2016 à 20:52
    Je veux la suite. ...j'adooooorrrrreeeee!!!
    12
    iChaton
    Lundi 8 Février 2016 à 20:52
    Vivement la suite !!! Tu as une plume superbe !!!
    13
    Jenny
    Lundi 8 Février 2016 à 20:55
    j'adoooooorrrreee!! Vite la suite !
    14
    Laetitia
    Lundi 8 Février 2016 à 20:55
    Déjà fini ? C'est la réflexion que je me suis faite lol
    Vivement la suite !!!! J'adore, j'ai l'impression d'être partie avec vous
    15
    Steph
    Lundi 8 Février 2016 à 20:57
    La rencontre de mes deux blogueuse préférées... je suis très touchée que tu partages ce moment si personnel avec nous. C'est parfait, très très bien écrit. J'attends la suite avec impatience.
    Merci !
    16
    Beuleu
    Lundi 8 Février 2016 à 20:58

    Mon périnée voudrait que tu arrêtes, steuplé. Mais le cerveau dit "continue, bordel !!! ". Le cerveau a toujours raison :P

    ;)

    17
    Marie
    Lundi 8 Février 2016 à 20:58
    En tant qu'ancienne angoissée (crise de panique etouça) je comprend l'exploit. Bravo, une belle bataille de gagné ! Et l'écriture est très agréable. On a envie d'avoir la suite !
    18
    Lundi 8 Février 2016 à 20:59
    Popote

    La suite tout de suite maintenant ce soir, c'est possible? Parce qu'attendre jusqu'à demain ça va être long...
    C'est très bien écrit, j'ai eu les larmes aux yeux (2 fois) et j'ai bien rigolé aussi... et je veux savoir la suite!!!

    19
    Lundi 8 Février 2016 à 21:01
    Pareil ! Je veux la suite ! j'aime ce que tu as écris, ton style et ton récit ! C'est précieux ce que vous avez toutes les 4, cette belle amitié ! Je crois qu'on doit toutes avoir envie de faire partie de votre bande ! 4 blogueuses et auteures de talent, et amies en plus : c'est beau ! je ne te savais pas si angoissée, c'est chouette que tu arrives à maîtriser ces angoisses pour vivre ta vie !
    <3
    20
    Leti
    Lundi 8 Février 2016 à 21:04
    Déjà fini?
    Encore encore encore!
    21
    Heloisesousou
    Lundi 8 Février 2016 à 21:06
    La suite vite vite vite!!!!
    22
    Béa
    Lundi 8 Février 2016 à 21:08
    Topissime!
    23
    Bab Ouch
    Lundi 8 Février 2016 à 21:11

    J'ai adoré! Je m'y suis vue, moi ét mes copines ;-)

    ton texte est super, vite la suite, je sens qu'on va rire encore et encore 

    24
    Adeline
    Lundi 8 Février 2016 à 21:13
    J'ai tellement ri ! J'ai été si émue !
    Dingue...
    Encoreuuuuh
    25
    Christophe
    Lundi 8 Février 2016 à 21:14
    J aime beaucoup.j attends la suite avec impatience...
    26
    Melanie leguay
    Lundi 8 Février 2016 à 21:19
    Vivement la suite!!!!!
    27
    Raf
    Lundi 8 Février 2016 à 21:19
    Je ne poste jamais de commentaires sur les blog (pourtant j'en lis à longueur de temps), mais là je suis obligée de le fairr pour t'encourager à nous envoyer la suite ! Ton style que j'adore dans ton blog passe haut la main l'épreuve du plus long et d'une narration. Vraiment. J'espère que tous les commentaires t'aideront à y croire et que bientôt comme ginnie tu nous donneras des romans dont on attend la date de parution avec impatience !
    28
    Jess
    Lundi 8 Février 2016 à 21:23
    J'ai tellement ri que mon mari m'a mis en PLS (position laterale de securité), croyant que je faisais une crise d'epilepsie!!! ;-)
    Je veux la suite...
    Merciiiiiiiiiii
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    29
    Coline
    Lundi 8 Février 2016 à 21:24

    en habitant moi même Biarritz ... Hâte de lire la suite !!!!

     

    30
    Angele
    Lundi 8 Février 2016 à 21:24

    Vite à ton clavier!!! J ai suivi les snaps de ce week end la, mais la lecture est un régal!!

    31
    trotinette
    Lundi 8 Février 2016 à 21:24

    hâte à la suite!! C'est génial et ça a un gout de trop peu

    32
    marion
    Lundi 8 Février 2016 à 21:25
    Bein voilà me suis pissé a la culotte
    33
    Kraouine
    Lundi 8 Février 2016 à 21:29
    Tain 24 h pour avoir la suite ...trop dur vais pas tenir ..... je VEUX la suite!!!!
    34
    Ange
    Lundi 8 Février 2016 à 21:36
    Vite vite vite la suite c'est super quand on lit on as impression d'y être! !!! Je veux vite la suite!!!
    35
    Deborah elle
    Lundi 8 Février 2016 à 21:37
    Que c'est bon de s'évader... merci. Viiiiite la suite!
    36
    sejamos
    Lundi 8 Février 2016 à 21:37

    la suite!!! merci.

    37
    Sabchat
    Lundi 8 Février 2016 à 21:39
    Mais dis donc, pour quelqu'un qui ne se pensait pas capable d'écrire, tu es plus que méritante !!! On t'entend rire et raconter rien qu'en te lisant (merci Snapchat, je sais à quoi ta voix et ton rire ressemblent) et ça, c'est pas donné à tout le monde ! J'attends la suite avec impatience !
    38
    Maman Bavarde
    Lundi 8 Février 2016 à 21:43
    1 dodo avant la suite ? A 20:00 ? J'essayerai d'être patiente. Parce que si ta corps.faudrait la rembourser tel le xanax... Alors toi ! Merci.
    39
    Maxelo
    Lundi 8 Février 2016 à 21:45
    Ça donne très très envie de lire la suite !!! J'aime bcp ta façon d'écrire !
    40
    Clo
    Lundi 8 Février 2016 à 21:45
    Encoreeeeeeeeeuuuuuhhhhh !!!!!!
    Ça fait trop du bien de rire comme ça !!!
    Et de se dire qu'on est pas la seule névrosée sur cette terre :-)
    41
    Stephanie
    Lundi 8 Février 2016 à 21:47
    Continue j'ai ris j'ai eu envie de pleurer et tu l'as mis en stress c'est top ... je me rappelle de tout tes snap du jour j'ai hâte de lire la suite ... brava serena
    42
    Anje02
    Lundi 8 Février 2016 à 21:50
    Il nous faut la suite ... Je vous comprend bien, j'ai récemment vécu le même genre d'aventure en laissant, pour la première fois, mari et enfants pendant une semaine pour partir au soleil avec mes copines ...
    (Je suis de Lorraine aussi j'avais besoin de soleil lol!)
    43
    Louloutteandco
    Lundi 8 Février 2016 à 21:57

    T'as bien eu raison de te lancer, ca fait peur mais ça doit être grisant !!! Pour tout te dire, j'ai mis un peu de temps à rentrer dans ton aventure, je ne pourrais pas expliquer si c'est l'histoire qui y est pour quelque chose, ton style d'écriture ou quoi que ce soit d'autre (et puis j'ai pas fait littéraire, c'est pas pour rien alors faut pas trop m'en demander niveau analyse...) mais toujours est-il que je veux la suite LA TOUT DE SUITE MAINTENANT BORDEL DE MERDE !!

    44
    Audrey
    Lundi 8 Février 2016 à 22:01

    La suiiiiite!! 

    J'adore ta façon d'écrire, je veux en savoir plus! 

    Un peu déçue que tu n'aies pas sauté sur la mortadelle cela dit...

    45
    Zaza
    Lundi 8 Février 2016 à 22:03
    Je découvre ton blog et j'aime beaucoup ta façon d'écrire ! Vivement la suite !
    46
    july
    Lundi 8 Février 2016 à 22:06
    Super!!! Encore encore encore
    47
    Snoph
    Lundi 8 Février 2016 à 22:12

    Heyyyyyy mais faut pas s'arrêter comme ça !!!! La suiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite s'il-te-plaît !!! 

    48
    Emilie
    Lundi 8 Février 2016 à 22:14
    continue pour toi, et pour le bien que ça fait de te lire! bravo bravo bravo
    49
    Nouette
    Lundi 8 Février 2016 à 22:15

    han la frustration de ne pas lire la suite de votre aventure les filles!!! Tu peux foncer pour écrire des nouvelles!!! on adore!!!!

    50
    Almalou
    Lundi 8 Février 2016 à 22:21
    Et...et...et la suite quoi ?!?! Bravo très agréable à lire j,j'ai bien ri. Je ne commente jamais mais là...
    51
    Lundi 8 Février 2016 à 22:24
    despatesaucholat
    Viiiite, la suite !!!
    52
    Raph_aelle
    Lundi 8 Février 2016 à 22:27
    Je te kiffe Serena!Ça fait du bien de te lire alors encore!
    53
    Tiph
    Lundi 8 Février 2016 à 22:34
    Tiph

    Hâte de lire la suite!

     

    54
    Fannoche
    Lundi 8 Février 2016 à 22:44
    Bravo Serena, continue encore et encore d'écrire, quel plaisir de te lire, bisous
    55
    mijue
    Lundi 8 Février 2016 à 22:45

    vivement demain...... pour la suite bien sûr ... pas pour le boulot!

     

    56
    Althe
    Lundi 8 Février 2016 à 22:48
    La suite... La suite !!!!
    57
    Coco
    Lundi 8 Février 2016 à 22:56
    C'est excellent! Continue!
    58
    Sabrina
    Lundi 8 Février 2016 à 23:04
    J'adore!
    59
    Kro
    Lundi 8 Février 2016 à 23:16

    Just...C'est tellement juste...

    Le véritable talent est de se faire reconnaître de son lecteur et...toi..j'ai l'impression de te connaître...

    Un beau cadeau que tu donnes à partager...

    A très vite de te lire...

     

    60
    Mil
    Lundi 8 Février 2016 à 23:27
    J'adore!!! Ton petit ton plein d'humour et d'autodérision, je sens que j'aurais pu dévorer toute l'histoire dans la soirée!
    Vivement la suite!!!
    61
    Mad
    Lundi 8 Février 2016 à 23:29

    J'ai adooooooré ce premier chapitre, vivement les suivants !!

    62
    Lundi 8 Février 2016 à 23:54

    Super chouette! Vivant, enlevé, drôle...

    Pour un texte écrit d'une traite, chapeau!

    N'hésite pas pour la suite!

    63
    titia106
    Mardi 9 Février 2016 à 00:07
    J'adore, encore encore encore, vite la suite
    64
    Mina
    Mardi 9 Février 2016 à 00:20
    Tellement beau chouette amusant émouvant. ...
    J'adore te lire
    Ne doute pas de ton don d'écrivain des temps modernes
    J'ai grave kiffé
    Vivement la suite
    65
    Mardi 9 Février 2016 à 00:25
    Wouah ! J'adore !!!! Vivement la suite !!!
    66
    Mardi 9 Février 2016 à 00:34

    Qui tu nous laisse sur notre faim la j adore il me faut la suite j ai hâte de savoir.tu es un sketch à toi toute seule on vi le truc avec toi pas besoin d un film bute vite la suite

    67
    Marie
    Mardi 9 Février 2016 à 05:34
    La suiteeeee !
    Je suis passee des larmes au rire, et je me reconnais dans ce que tu ecris
    68
    Siti
    Mardi 9 Février 2016 à 07:25
    Serena, non seulement il faut continuer cette nouvelle mais il semble évident que l'écriture est en toi, écris, encore, toujours et emmène-nous à Biarritz et ailleurs avec tes mots voyageurs...
    69
    Mardi 9 Février 2016 à 08:23

    j'espère qu'il y aura beaucoup de suites !

    70
    Mardi 9 Février 2016 à 08:32
    Fred Unesourisbleue
    Je veux la suite !!! Tu as vraiment bien écrit avec ton propre style et j'adoré ! !!
    71
    Grapinette
    Mardi 9 Février 2016 à 08:38
    Ah l'angoisse! Celle qui t'empêche d'avancer et qui te retient d'écrire. Dommage pour nous, on pourrait passer à côté de telles pépites :-)
    Continue comme ça, j'ai adoré et j'attends la suite avec impatience!
    72
    C.laetitia
    Mardi 9 Février 2016 à 08:50
    Wahouuu je vois avez suivi sur snap et j avais adorer mais tu lire et encore mieux que le film lol encore merci Serena de partager tout ça avec nous
    73
    Florèle
    Mardi 9 Février 2016 à 08:55

    encore, encore, encrore et............. ENCORE   ENCORE ENCORE !

    tu nous embarques dans ton histoire, et çà fait du bien.
    Les Tuche, la femme Xanax, le sourd... tu m'as tuée lol.

    putain, tu m'as fait du bien.
    Merci.
    la suite, la suite !!

    (euh... d'habitude, je ne dis pas de gros mot. Mais là, c'était obligé :-)

    Continuez, c'est top ce que vous faites. et pour vous, et... pour vos lecteurs.

    Florèle.

    74
    Mardi 9 Février 2016 à 09:04
    Christelle

    J'ai adoré te lire, et maintenant j'attends la suite avec impatience !!!

    75
    Mardi 9 Février 2016 à 09:18

    merci de nous avoir emmenée avec toi, avec vous ! moi aussi je suis une angoissée (le coup des intestins, c'est aussi l'histoire de ma vie), j'ai toujours peur que mon monde (= ma petite famille, un Mari Chéri et 2 Trouble-Fête adorés) s'écroule, que serais-je sans eux, que seraient-ils sans moi ? Et contrairement à toi, je n'ai jamais franchi le pas de les laisser, d'aller me faire un "trucs entre filles" même avec ma meilleure amie. Bravo, respect.

    76
    xelaone
    Mardi 9 Février 2016 à 09:51
    Je ne l ai pas lu tout de suite parce que bêtement J ai eu peur d être déçue! C est un peu bête tout ce que je lis de toi aurait pu sortir de ma bouche. Mais pour les livres je suis vraiment difficile. Je suis une radine de mon temps libre, je déteste par dessus tout perdre mon temps précieux! ! Mais comme toujours ce début est un succès! !comme toujours je te lis avec cette sensation de lire une partie de ma vie. J ai adorée les livres de Ginnie et Sophie et je sais maintenant que si tu dois te lancer dans un roman je me jetterais dessus. Merci encore pour ces 5 minutes totalement bien dépensées! ! Vivement la suite...
    77
    Alexia
    Mardi 9 Février 2016 à 10:50

    Vas-y, continue, j'attends la suite :)

    78
    maryline
    Mardi 9 Février 2016 à 14:03

    Continue !! 

     

    79
    Mardi 9 Février 2016 à 14:10

    J'adore, super recit ! Tu as eu raison de te lancer, j'ai eu l'impression d'y etre avec vous !

    Je veux la suite :)

    80
    Vaness
    Mardi 9 Février 2016 à 17:44
    Vivement 20h!!! Super ton récit. J'ai revu toutes tes stories snapchat :-) continue!! :-*
    81
    Céline
    Mardi 9 Février 2016 à 19:27
    J'ai beaucoup ri! Je me suis un peu retenue parce que je suis dans le bus mais c'est à mourir de rire!
    82
    Mardi 9 Février 2016 à 19:39

    Cynthia m'a lu le texte chez elle. J'ai énormément ri et lui ai dit que je le relirai chez moi. Je me précipite donc sur mon ordi et je lis l'avant-propos (que Cynthia avait omis...). 

    Et là, avant de (re)lire ton texte, je veux déjà te laisser un message pour te dire que tu m'as mis les larmes aux yeux. J'ai adoré la métaphore sur le vélo aux petites roulettes et j'espère de tout coeur que tu continueras de rouler avec ce bel équilibre et que tu nous emmèneras encore bien loin :-)

    Etant aussi bavarde que ma fille, tu peux compter avec un 2ème comm après ma lecture ;-)

    83
    Mardi 9 Février 2016 à 20:00

    Que tu es drôle !!! Et talentueuse... vraiment  smilesmilesmile

    J'ai adoré ce récit et comme tout le monde sans aucun doute, j'attends la suite avec impatience... J'ai heureusement moins longtemps à attendre winktongue

    A très vite, donc !!! 

    84
    Mardi 9 Février 2016 à 22:51
    Carole selky
    Encore encore !! Je file lire la suite ! !
    85
    loli
    Mercredi 10 Février 2016 à 07:47

    c'est absoluement génial et ça tient en haleine!!! trop trop bien!! :-)

    86
    Marie
    Mercredi 10 Février 2016 à 22:00
    Bravo super j adore je vais tout de suite lire la suite
    87
    Docteurquern
    Jeudi 11 Février 2016 à 05:26
    Sans fioritures, percutant, (trop, mais vraiment trop) court.
    Normal... Allez, go, go, go!!!!
    88
    Murielle
    Dimanche 14 Février 2016 à 21:46
    Je suis passée sans cesse du rire aux larmes en te lisant. Je m'en vais lire la suite!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :