• Vis ma vie

    Ciao ! si tu es sur mobile, je t'invite à aller tout en bas de cette page (scroll scroll scroll, voilà) et à cliquer touuuut en bas sur "version standard" tu verras, c'est plus joli !

    Bienvenu et bonne lecture !

  •  

    Je suis une acheteuse compulsive, j'en ai un peu honte parfois, mais il parait qu'on a tous des défauts alors...

    Je vide régulièrement mon dressing, je donne beaucoup  à des associations, puis il y a des pièces que je revends pour pouvoir racheter de nouvelles choses. 

     

     

    À l'occasion de la fête des mères eBay a choisi 3 blogueuses maman pour créer leur vide-dressing en ligne, vous me retrouverez donc aux côtés des copines Maman Bavarde et Maman Floutch (3 femmes, 3 styles différents, vous trouverez forcément votre bonheur ! ).

     

    Vous pouvez vous aussi créer votre vide dressing dans la partie Dressing Detox, c'est hyper simple à mettre en ligne et ça vous permettra de vider les placards (pour mieux les re-remplir, on est d'accord -_- !) une sorte de ménage de printemps des fringues !

     

    Voici un aperçu de mes ventes ! J'espère que vous trouverez votre bonheur et que vous prendrez bien soin de ces pièces que j'ai tant aimé :)

     

    -> MON VIDE DRESSING <-

     

     

     

     

    Article sponsorisé -  

     

     

    Instagram - Snapchat - Twitter : @SEEBYSE

    Pin It

    1 commentaire
  • C'était il y a 8 ans, je suis entrée dans son bureau un peu par hasard.
    J'étais enceinte et en miettes.


    J'allais donner la vie pour la deuxième fois et j'avais envie qu'on me répare d'abord de l'intérieur.


    Je n'ai pas honte de dire que je suis allée voir une psy.
    Lorsqu'on a mal au dos, on va chez l'ostheo, aux dents, chez le dentiste, au coeur et dans la tête, chez une psy.


    Ça ne veut pas dire qu'on est fou ou bizarre ou peut être que si, mais j'ai appris que ça n'est pas forcément une tare.


    Elle m'a dit que ça allait prendre du temps, j'ai demandé combien de temps, elle m'a dit beaucoup. Elle ne m'a pas menti.


    Je me suis dit que ça valait la peine d'essayer. Que je n'avais plus rien à perdre.

    Je ne suis pourtant pas du genre à faire confiance, mais parfois, c'est comme une évidence, parfois, le destin place les bonnes personnes au bon endroit, comme des bonnes fées qu'il faut laisser rentrer un peu dans ton coeur pour qu'elles puissent y voir plus clair, ou comme des bouées de sauvetage à qui il faut t'accrocher très fort pour sortir la tête de l'eau, reprendre ton souffle et réapprendre à nager, depuis le début, avec les bons gestes, voilà, la bonne respiration, voilà, doucement... tout, il faut tout revoir et on ne peut pas sauter d'étape.

    Aujourd'hui je lui ai dit au revoir, j'ai refermé la porte du bureau, je lui ai dit je crois que je suis guérie, ou plutôt, j'ai compris que je ne le serai jamais tout à fait mais que ça me va, j'ai appris à vivre avec ça, avec moi.

     

    Elle m'a dit qu'elle était d'accord. J'aime bien quand elle est d'accord.

    J'ai appris à accepter mes faiblesses, à me servir d'elles, ça fait partie de ce que je suis. De mon histoire, de mon enfance, de ma vie. Je ne veux plus m'en débarrasser, on cohabite, elles ne me font plus mal.


    Ces douleurs qu'il a fallu aller chercher tout au fond pour les remonter à la surface alors qu'elles pesaient si lourd ont fait de moi la femme que je suis, sans elles, je ne serai pas cette mère un peu folle, pas très mature, trop angoissée et qui dit beaucoup trop je t'aime, pas cette amie, un peu bizarre, renfermée et trop silencieuse, mais toujours présente en cas de besoin, pas cette femme, un peu sauvage, beaucoup sauvage, mais qui laisse ceux qu'elle aime tenter de l'apprivoiser, même si elle ne dit pas assez qu'elle les aime, pas cette blogueuse, qui fait toujours semblant que tout va bien, que la vie est drôle, facile et futile et qui parfois lève un peu le voile, pas cette coach en image, qui en réparant l'estime de soi des autres, répare aussi un peu la sienne, pas cette auteure qui préfère écrire tout ce qu'elle n'arrive pas à dire.

    J'ai appris à être plus sereine.

    Serena.

    C'est mon prénom, un adjectif italien que j'ai toujours cru ne pas mériter, moi qui suis à l'opposé de la sérénité, moi l'angoissée, la stressée, l'impulsive, sereine... Aujourd'hui pourtant je crois que je ne le porte plus trop mal, à ma façon quoi, sono Serena, pas comme un moine bouddhiste certes, mais je suis en paix. Enfin. 

    Comme c'est bon. 

     

    Aujourd'hui je suis partie du bureau très vite, j'avais une boule dans la gorge, si j'avais été quelqu'un qui aime ça, j'aurais certainement serré cette bonne fée dans mes bras, au diable les bonnes manières, mais je n'aime pas ça alors, j'ai juste dit "merci pour tout, merci", puis je suis rentrée, mettre ça par écrit, et lui envoyer le lien, pour qu'elle lise ce que je n'ai pas su dire.

     

    Aujourd'hui je lui ai dit au revoir, mais pas adieu, il y a des rencontres qui changent la vie, qui sauvent de la noyade.

    Il y a personnes qui ne nous quitteront jamais plus vraiment.

    Sereine

    Pin It

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique