Un peu de décence.

« Tu pourrais être en train de mourir du covid dans un hôpital de banlieue ! Un peu de décence. »

J’ai reçu ce commentaire sous un de mes statuts, l’autre jour, où j’expliquais que parfois, à cause de cette situation sanitaire, je ressentais de la tristesse ou de la colère. 

Depuis le début du confinement, comme la plupart d’entre nous, j’imagine, mon moral joue aux montagnes russes. 

Il y a des jours où je suis tout en haut, où ça va, où je bosse, je range, je trie, et où je relativise, aussi, parce qu’évidemment je ne suis pas du tout à plaindre comparé à d’autres et que j’arrive à voir « le bon côté des choses ».

Et d’autres jours où une certaine nostalgie, une tristesse lourde s’abat sur mes épaules.

Je pense, égoïstement, à ce que j’ai raté pendant ces deux mois, à ces moments qu’on ne nous rendra pas, à ce qu’on ne pourra pas vivre, à ce qu’on ne pourra pas faire « comme prévu » ou « comme avant ». 

Je partage ces hauts et ces bas sur les réseaux sociaux, comme je le fais avec mes conseils séries, livres ou encore mes recettes, et je me demande si dire qu’on se sent triste c’est indécent.

Si dire qu’on se sent en colère parce qu’on ne peux pas faire correctement son travail est indécent.

Si oui, alors de quelles émotions peut-on parler publiquement ?

A-t-on le droit de se plaindre des ses enfants alors que certains n’arrivent pas à en avoir ? 

De dire que le repas de la cantine était dégueu, sans penser à ceux qui crèvent de faim ?

Peut-on dire que notre boulot nous emmerde alors que des gens sont au chômage et dans le besoin ? 

Peut-on regretter de ne pas pouvoir prendre sa grand-mère dans les bras, pendant cette pandémie, alors que beaucoup n’ont plus la chance d’en avoir une, et que d’autres n’ont même pas de bras ???

Les malheurs des autres existent toute l’année, pas qu’en ce moment.

Où est la limite, lorsqu’on parle de ce qu’on ressent ?

Le but, lorsque je partage une émotion sur les réseaux sociaux, ce n’est pas de me plaindre mais de me sentir moins seule.

Lorsque je lis en retour que d’autres se retrouvent dans ce même sentiment, qu’ils le comprennent, ou qu’ils m’expliquent comment, par exemple, ils ont réussi à le vaincre, ça me permet de relativiser et de me dire que c’est normal, pas si grave et que ça ira mieux demain. 

Est-ce que cela veut dire qu’on n’est pas compatissants ? Pas au fait de ce qui se passe, de ce que les autres vivent ?

Est-on trop auto centrés ? 

Est-ce que dire « je suis triste et en colère parce que ce virus me prive de ma liberté » est indécent ?

Peut-être. 

Je ne sais pas.

Je n’ai pas répondu à ce commentaire, je l’ai bloqué en revanche, car je n’avais pas besoin, ce jour là, de ces accusations. 

Je n’avais pas la force, ce jour là, d’essayer de convaincre que je n’étais pas un monstre. 

Encore moins de convaincre une personne qui n’interagit JAMAIS avec moi en temps normal et qui vient juste me jeter cela à la figure.

Je sais que certaines circonstances peuvent amener à juger l’autre sévèrement (la perte d’un proche ? une situation difficile ? un syndrome pré menstruel compliqué ?), et je comprends qu’on ait parfois besoin de s’en prendre comme ça à quelqu’un et qu’on n’ait pas toujours le temps de formuler une réponse qui, même si elle montre un désaccord, reste quand même courtoise et invite à l’échange et à la réflexion. 

Je comprends aussi qu’on ait besoin de se défouler au hasard sur quelqu’un sur internet. ça fait du bien, ça donne un petit sentiment de puissance et puis après tout on s’en fout, on éteint et on passe à autre chose.

Pourquoi pas. Il parait que c’est le jeu lorsqu’on s’expose. 

Mais j’ai quand même envie de croire que partager ses émotions, positives ou négatives, surtout pendant cette période compliquée pour tous, ce n’est pas être indécent.

L’indécence, pour moi, c’est dire aux autres ce qu’ils devraient, ou non, ressentir. 

14 réactions sur “Un peu de décence.

  1. Avatar
    Wendy 5 mai 2020

    Je ne sais pas si c’est indécent de le dire mais ton article me fait pleurer. Jour sans, (télé)travail difficile aujourd’hui, l’impression de ne pas du tout profiter de ma grossesse et de ne la partager avec personne bref ça fait du bien pour ma part de voir que je ne suis pas seule à ressentir négativement certaines journées alors merci d’exprimer cela.

    1. Avatar
      Murielle Pham 6 mai 2020

      Et bien je suis d’un égoïsme fou, parce que quand je lis vos hauts mais surtout vos bas, je me dis que je ne suis pas seule…. Pas seule d’être triste parce que cette année les week-ends de mai qu’on s’était prévu, c’est mort, que les super vacances avec enfants et petits enfants en Italie préparées depuis 1 an, c’est foutu, que 2 mois sans voir les premiers mots de mon petit fils, je ne les rattraperai pas….
      Alors surtout, continuez à partager vos doutes, vos colères, vos peines parce que ce n’est pas de l’indécence c’est du partage et de l’empathie. Merci

    2. Avatar
      Violette 6 mai 2020

      En fait à bien des niveaux je me sens privilégiée. Je ne manque de rien, je suis en santé, mes enfants vont bien, j’ai un chéri, un boulot et un toit. Voilà. Je suis heureuse de cela bien que je ne le doive à personne sauf à moi même. Mais pourquoi ne puis-je pas me plaindre parfois? Oui il y a pire et ça permet de relativiser, mais Je me dis que des fois j’ai le droit de râler. J’ai le droit d’en avoir marre, plein le c**, parceque ce que je ressent, merde, c’est légitime quand même ! Alors non je ne suis pas à plaindre pour le autres peut être mais j’ai besoin de me plaindre pour moi même. Peut être que ça me sert à repousser mes barrières, me rendre compte que le jour suivant est meilleur, que je fais des progrès ou pas, que j »évolue. Ne pas avoir le droit de se plaindre ca veut dire qu’on ne se remet pas en question. C’est de l’immobilisme en vrai! Je suis consciente de ma « chance », est-ce pour autant que je ne peut pas, parfois, avoir conscience de mes limites ?

    3. Avatar
      Magalie 6 mai 2020

      Chouette article Serena !On est nombreux à être indécents alors… Et quoi? Il faudrait tous les jours bien vivre cette période assez particulière et s’appliquer tous les jours à en faire quelque chose de positif … Ben non désolée. On a le droit de trouver ça dur, pas facile, de pleurer. Nous savons la chance que nous avons de ne pas être en réa , s’épancher un peu ne veut pas dire que nous ne pensons pas à ça. Les 2 ne sont pas incompatibles. Alors SPM ou pas, ce genre de commentaires non bienveillants, c’est indécent…. sinon mes 2 filles de 8 ans sont en train de hurler une chanson en yaourt ( je dirais ED Sheeran mais pas sûre….)… Ai-je le droit de dire qu’elles foûtent en air mon télétravail ??!!😅😂
      Baccio

      1. Avatar
        Ludivine Neau 6 mai 2020

        Je ne comprendrais jamais, c’est personnes qui ont besoin de rabaisser ou de juger les autres.
        Moi vos jours sans je les comprends et je me sens moi seule c’est jour là.
        J’en veux à ce virus de me priver de la joie de faire une randonnée, de partir pour la première fois avec mes filles et mon mari dans notre caravane juste acheté (octobre). De ne pouvoir passer un week-end chez mes parents que je n’ai pas vu depuis Noël. Alors oui certains jours j’ai envie de tout balader, d’insulter le virus (ok je le fait). Mais c’est jour la je sais que je suis pas seule et surtout que demain sera différent.
        Merci Serena pour votre gentillesse et votre bienveillance

  2. Avatar
    Nathalie 5 mai 2020

    La décence c’est de garder pour soi ses commentaires rageux. Il m’arrive de ne pas être en accord avec les paroles ou les écrits de quelqu’un sur internet, soit j’ai un réel argument constructif à opposer et je l’exprime tout en évitant d’être dans le jugement soit je ferme ma gueule. Comme dans la vraie vie en fait .
    Aujourd’hui tout , mais absolument tout, est sujet à jugement et ce comportement m’échappe complètement.
    Continue de te sentir libre d’exprimer ton ressenti positif ou négatif sur la vie , les choses ,la violence faite aux femmes ou les pâtes carbonara , moi en tout cas ça me sors de mon isolement.

  3. Avatar
    Didine 5 mai 2020

    Je suis tellement d’accord avec toi.
    Est ce indécent de dire ma solitude alors que je suis avec conjoint et enfants ? Est ce indécent de dire qu’on en a marre à sa maman coincée en ehpad ? Si oui, à qui peut on parler ? On peut etre « bien lotie » et bien chamboulée dans tous les sens quand même.
    Mes parents disaient « Tu as un toit, à manger et la santé. Alors ne te plains pas. »
    Comme si ce package de base était la condition sine qua non pour être heureux.
    Nos émotions sont tellement bouleversées en ce moment, moi aussi j’ai besoin de me sentir moins seule et de savoir que d’autres sont aussi bouleversés, malgré le petit jardin pour les gosses et les kilos de farine dans le placard. Merci de tes mots Serena.

  4. Avatar
    Marie Errichiello 6 mai 2020

    Bonsoir Serena,

    Merci d’exprimer que parfois, il y a des jours avec et des jours sans.. aujourd’hui c’était pour moi un jour SANS. Sans savoir pour quelle raison. Mais demain est un autre jour. Quand aux personnes qui jugent, si ça leur fait du bien, tant mieux. S’ils sont en accords avec leur conscience, grand bien leur fasse. En tout cas merci d’exprimer tes ressentis car ça nous montre que l’on n’est pas seul.

    1. Avatar
      Véro 6 mai 2020

      Ce que certains peuvent être aigris, ou jaloux, ou frustrés, je ne sais pas mais sur les réseaux sociaux, ils sont légion! Tu as tout à fait le droit d’exprimer ce que tu ressens et oui, ça fait du bien de savoir qu’on n’est pas seules… Encore un jour sans pour moi aussi, je suis seule, ça fait plus de deux mois que je n’ai pas vu ma plus jeune fille, son compagnon et ma petite-fille… Et même si je sais qu’on a la chance de se voir souvent en visio, ce n’est pas pareil et ça me pèse de plus en plus. Ne pas les serrer dans mes bras, faire des câlins à ma petite Lucie… c’est un manque indéfinissable. Mais bientôt, ce sera derrière nous et nous nous ratrapperons! Demain est un autre jour… ❤

  5. Avatar
    Marie Errichiello 6 mai 2020

    PS : pourrais tu donner la recette du Casatiello ? 😘😜

  6. Avatar
    Aurore 6 mai 2020

    Toujours en plein dans le mille serena!! Qu’est ce que je te kif!!! 🙏🙏🙏
    Rien à ajouter de plus à ce que tu as dit… c’est parfait!! ❤️

  7. Avatar
    Angélique 6 mai 2020

    Bonjour Serena,

    Je comprends ce que tu dis. D’ailleurs sur ma page, j’encourage les personnes qui ont des hauts er des bas à les vivre sans culpabilité. Je vais partager ton article, ça ajoute de l’eau à mon moulin. Et surtout… C’est du bon sens. Et c’est à min avis être équilibré que de réagir comme ça. Belle journée

  8. Avatar
    Émeline 6 mai 2020

    Tellement d’accord avec ce texte. Je pense que la liberté d’expression est de rigueur et encore plus quand on est isolé comme en ce moment et que chacun à le droit (et le devoir) de dire ce qu’il veut. Dis toi que certaines personnes disent ce genre de choses mais que ce sont les mêmes personnes qui n’oseraient rien dire en face. C’est tellement simple d’être méchant a distance. Et puis ces personnes qui ne sont pas contentes n’ont qu’à pas te suivre… Personnellement, j’aime ta simplicité, ta bonne humeur et ta franchise alors ne change rien. 😘

  9. Avatar
    Laeti 6 mai 2020

    💕

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués sont obligatoires.